ActualitéInvestissementsLes levées de fondsRetail & eCommerce

Adore Me, site d’e-commerce spécialisé dans la lingerie, lève 6,6 millions d’euros

Ce deuxième tour de table porte le financement total de la start-up new-yorkaise à presque 9 millions d’euros.

Le site de e-commerce new-yorkais Adore Me, spécialisé dans la lingerie et de maillots de bains, vient de boucler une levée de fonds d’un montant de de 6,6 millions d’euros. Ce financement a été réalisé par les fonds Upfront Ventures, Mousse Partners, et RedHill Ventures.

Lancé en 2012, le site a connu une croissance de 40 à 50% par mois pendant ses 15 premiers mois d’existence. Adore Me a passé le cap de la 100 000ème commande moins d’un an après sa création.

Contrairement à la plupart de ses concurrents sur le marché de la vente de lingerie en ligne, la start-up emploie des designers pour créer ses propres modèles, et ne se contente pas de commercialiser les produits de marques existantes. En outre, Adore Me propose à ses clientes une livraison gratuite, et leur permet de retourner ou échanger les articles de manière illimitée.

Cette deuxième levée de fonds porte le financement total du site à presque 9 millions d’euros. Une somme qui va permettre à Morgan Hermand-Waiche, son fondateur et CEO, de se concentrer sur l’extension de la notoriété de la marque.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Adore Me, site d’e-commerce spécialisé dans la lingerie, lève 6,6 millions d’euros
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?