ActualitéBusinessEuropeInvestissementsLes levées de fondsStartupTech

Advitam lève 1,8 million d’euros pour simplifier l’organisation des obsèques

Le montant

La start-up française Advitam, qui développe un service de pompes funèbres en ligne, a bouclé un tour de table de 1,8 million d’euros. Pour cette opération, la société, qui a rejoint en 2017 l’accélérateur francilien Wilco pour trois ans, s’est entourée de Newfund, le fonds d’investissement de François Véron et Patrick Malka doté de 200 millions d’euros, de Bpifrance et de business angels.Apple-converted-space »> 

Le marché

Fondée en 2016 par Philippe Meyralbe, Advitam a mis sur pied une plateforme permettant d’accompagner les familles en deuil dans l’organisation des obsèques et la gestion des formalités administratives suite à la perte d’un proche. Pour se démarquer dans un secteur très réglementé et dominé par des poids lourds comme OGF, leader du marché connu notamment pour ses enseignes PFG, et Funecap, le numéro deux du secteur qui détient Roc’Eclerc, la jeune pousse mise sur une approche digitale qui se veut plus transparente et moins chère. A ce jour, le marché des obsèques en France pèse près de 2,5 milliards d’euros. Ce chiffre est amené à grossir dans la mesure où environ 750 000 personnes décèderont chaque année dans 30 ans, conséquence du vieillissement de la population après le «baby boom».

En plus de proposer l’organisation d’obsèques 25% à 50% moins chères que les autres acteurs du marché, Advitam prend également en charge les démarches après les obsèques, comme la résiliation des contrats (comptes bancaires, abonnements Internet et mobile, gaz, électricité…) et la gestion des réseaux sociaux du défunt. Pas de supplément pour cette prestation, celle-ci est incluse dans le coût des obsèques.

Ces dernières années, plusieurs acteurs ont profité de l’arrivée du numérique pour proposer de nouvelles approches dans l’accompagnement des familles en deuil. C’est notamment le cas de la start-up InMemori, qui a développé une plateforme permettant de communiquer les informations liées aux obsèques d’une personne ou encore de partager ses souvenirs à travers une page dédiée. Cette dernière a levé 2,5 millions d’euros cet été.Apple-converted-space »> 

Les objectifs de la Start-upApple-converted-space »> 

Avec ce tour de table, Advitam prévoit d’accélérer son déploiement dans l’Hexagone. «Cette levée va nous permettre d’accélérer notre développement géographique et de proposer de nouveaux services qui simplifient et soulagent les familles et les proches des défunts», indique Philippe Meyralbe, fondateur et CEO d’Advitam.Apple-converted-space »> 

Déjà présent en Ile-de-France, la société va lancer son service dans les Alpes-Maritimes, la Moselle et la Meurthe-et-Moselle. Advitam devrait couvrir six autres grandes villes françaises d’ici 2019. Dans le même temps, la start-up entend recruter une dizaine de personnes avant la fin de l’année. Ce renforcement des effectifs vise notamment à proposer de nouveaux services, comme la résiliation de tous les abonnements du défunt et la création d’un mémorial numérique à sa mémoire.

Advitam : les données clés

Fondateur : Philippe Meyralbe
Création : 2016
Siège social : Paris
Activité : pompes funèbres en ligne
Financement : 1,8 million d’euros en octobre 2018

Bouton retour en haut de la page
Advitam lève 1,8 million d’euros pour simplifier l’organisation des obsèques
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer