ActualitéAsieBusinessRetail & eCommerce

Alibaba poursuit sa percée dans le retail avec un investissement de 635 millions de dollars dans le «Ikea chinois»

Si aux États-Unis, Amazon fait beaucoup parler de lui avec ses multiples incursions dans le commerce physique, comme en témoigne le déploiement de ses magasins sans caisse Amazon Go, le rachat de Whole Foods Market et l’ouverture de dizaines de supérettes cette année, Alibaba n’en reste pas moins inactif de son côté en Asie. Nouvelle illustration aujourd’hui avec un investissement de 635 millions de dollars dans Red Star Macalline, l’un des gros vendeurs de meubles en Chine. Cette opération prend la forme d’une souscription d’obligations échangeables représentant 10% des actions ordinaires. Dans le cadre de cet investissement, Alibaba a également acquis 3,7% des actions de Red Star Macalline à la Bourse de Hong Kong.

A ce jour, Red Star Macalline exploite près de 300 centres commerciaux et 364 sites dédiés aux travaux de rénovation des particuliers par le biais de franchises en Chine. L’apport financier d’Alibaba vise non seulement à améliorer les magasins physiques de l’enseigne d’ameublement mais aussi à tirer profit des canaux e-commerce du géant chinois du commerce en ligne. Il y a six mois, Red Star Macalline s’était allié à autre mastodonte chinois, à savoir Tencent, qui n’est autre qu’un rival d’Alibaba, dans le cadre d’un partenariat de marketing digital. 

Home Times, l’enseigne d’ameublement d’Alibaba

Pour Alibaba, cet investissement permet de monter en puissance dans le retail, et plus particulièrement dans l’ameublement. En effet, le groupe chinois s’intéresse de près à ce segment d’activité. Il avait ainsi lancé en 2017 Home Times, une enseigne de produits d’ameublement visant à porter la vision du «New Retail», si chère à Jack Ma, qui doit dessiner les contours de la distribution de demain. 

Dans ces magasins de cette chaîne retail, les clients peuvent trouver des meubles, des ustensiles de cuisine, de la papeterie ou encore des articles de décorations qu’ils peuvent acheter en scannant un QR code sur l’article de leur choix avant de régler via le service de paiement mobile Alipay. De larges écrans sont également installés pour permettre aux clients de voir à quoi ressemblera l’installation de meubles ou d’articles de décoration dans une maison. 

Le comportement des clients est ensuite analysé par Tmall, la plateforme B2C du groupe chinois, pour déterminer les produits qu’il faut ajouter aux magasins selon leur localisation, de manière à optimiser la gestion des stocks. Ce dispositif permet à Alibaba de multiplier les synergies entre ses différentes activités (e-commerce, logistique, paiement…) et de réduire un peu plus la frontière entre offline et online. 

JD.com accélère dans le retail connecté avec Intel 

Au premier trimestre 2019, Alibaba a enregistré un bénéfice net de 3,8 milliards de dollars, en hausse de 242% sur un an, pour un chiffre d’affaires de 13,9 milliards de dollars, en progression de 51%. Sur le marché du retail connecté, outre Tencent, le géant chinois doit également faire face à JD.com qui s’associe aux mastodontes américains pour affaiblir Alibaba. 

En décembre dernier, JD.com s’est notamment associé à Intel pour injecter davantage de digital dans le commerce physique. Auparavant, le groupe avait déjà ouvert des magasins physiques dédiés aux produits alimentaires, 7 Fresh, et lancé X-Mart, un concept-store sans caisse ni personnel, ainsi que JD Convenience Store, une supérette équipée d’étagères et de caisses intelligentes.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This