A la uneBusinessEuropeFoodTechLondresParis

AlloResto pimente sa stratégie pour affronter ses nouveaux concurrents

Foodora, Deliveroo, UberEATS… La concurrence s'intensifie dans le secteur du « food delivery » en France avec la multiplication de nouveaux acteurs qui n'ont cessé de débarquer ces derniers mois, avec des modèles plus ou moins différents. De quoi pousser AlloResto, l'un des premiers à s'être lancé dans la course dès la fin des années 1990, à s'adapter à cette nouvelle donne.

Coût d'acquisition clients «rentable»

Filiale du groupe britannique coté en Bourse JustEat, AlloResto affute donc ses arguments en revendiquant plus de 700 000 clients réguliers et une couverture nationale reposant sur un réseau de 4 000 restaurants partenaires dans une quarantaine de villes françaises, ce qui n'est pas le cas de certains acteurs qui, parfois, ne sont disponibles qu'à Paris.

Par ailleurs, AlloResto a dû accroître sa visibilité auprès des consommateurs à coup de publicités télévisées – avec plusieurs milliers de diffusion sur les chaînes de la TNT – ou d'affichages dans le métro. De quoi augmenter le coût d'acquisition client ? La société ne communique pas sur ses chiffres mais son président, Gilles Raison, reconnaît avoir mené « la plus grande campagne de l'histoire d'AlloResto sur le premier trimestre », avant de préciser que « le recrutement de clients chez AlloResto est rentable, ce qui veut dire que l'on arrive à trouver un retour sur investissement relativement rapide de toutes nos campagnes ».

Bientôt des chatbots pour passer commande ?

D'autant plus que le potentiel de croissance est encore important en dépit de l'intensification de la concurrence : selon Gilles Raison, le marché de la livraison de repas représente environ 1 milliard d'euros en France, dont « 70% des commandes qui sont passées par la voix au téléphone, donc (…) qui échappent aux acteurs online ».

Dans ce contexte, AlloResto veut capter toujours plus de clients avant ses concurrents. Ce qui passera notamment par des innovations sur les services. La société affirme par exemple s'intéresser aux robots conversationnels : « je crois que les chatbots vont être un moyen de commande sur un type de commande particulier : c'est-à-dire la recommande [auprès] du même restaurant, à la même adresse avec le même moyen de paiement ».

Interview de Gilles Raison, le président d'AlloResto :

Président : Gilles Raison

Création : 1998

Siège social : Paris

Société-mère : JustEat (Royaume-Uni)

Activité : livraison de repas

Concurrents : Deliveroo, Foodora…

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

2 commentaires

  1. Merci beaucoup Olivier pour cet Interview !

    C’est certain que les Chatbots sont une bonne idée pour passer commande, ils sont clairement le nouvel internet !

    Aujourd’hui, en ajoutant Facebook Messenger et WhatsApp, il y a plus de soixante milliards de messages qui s’échangent tous les jours !!

    C’est une audience énorme pour les sociétés, bien plus que pourrait le faire une application. Des sites comme AlloResto ont donc tout intérêt à pimenter leur stratégie avec des Chatbots :D

    Camille @hubware:disqus

AlloResto pimente sa stratégie pour affronter ses nouveaux concurrents
La startup KineQuantum lève 1 million d’euros pour mettre la réalité virtuelle au service des kinés
La startup uTip lève 1 million d’euros pour monétiser les contenus des youtubeurs
Roger McNamee, ancien investisseur de Facebook, alerte sur le « côté sombre » du réseau social
Désinformation: Emirats arabes unis, Egypte, Espagne… des milliers de comptes supprimés par Twitter
Paris Retail Week: quelles sont les tendances qui vont dessiner le commerce de demain?
Musique: la startup Groover lève 1,3 million d’euros pour promouvoir les nouveaux artistes
Copy link