ActualitéAmérique du nordBusinessRetail & eCommerce

Amazon ferme sa division Quidsi pour consolider ses propres marques

  • La firme américaine avait déboursé 545 millions de dollars en 2011 pour acquérir Quidsi.
     
  • Plus de 260 employés basés au siège social de Quidsi à Jersey City, dans le New Jersey, vont perdre leur emploi en juin prochain en raison de cette décision.
     
  • L’équipe de développement des logiciels de Quidsi se concentrera désormais sur la technologie visant à développer AmazonFresh.

 

Après avoir étendu sa suprématie sur le marché des ventes en ligne et débuté la création de passerelles vers le commerce physique, Amazon cherche à consolider ses marques. La marketplace américaine ainsi décidé de fermer Quidsi, sa division qui gère six sites de distribution spécialisées (Diapers.com, Wag.com, Soap.com, BeatyBar.com, Yoyo.com et Casa.com). Selon Bloomberg, plus de 260 employés basés au siège social de Quidsi à Jersey City, dans le New Jersey, vont perdre leur emploi en juin prochain en raison de cette décision. Toutefois, certains d’entre eux pourront postuler pour d’autres emplois au sein d’Amazon.

La firme américaine avait déboursé 545 millions de dollars en 2011 pour acquérir Quidsi. Cependant, Amazon n’a jamais réussi à dégager le moindre bénéfice via ce portefeuille de sites proposant notamment des produits bébés et des articles ménagers. «Nous avons travaillé très dur depuis sept ans pour que Quidsi soit rentable, et malheureusement nous n’avons pas été en mesure de le faire», a déclaré Amazon pour justifier la fermeture de Quidsi. Pourtant, la marketplace de Jeff Bezos avait mobilisé des ressources financières pour faire décoller Quidsi, en créant notamment l’épicerie bio en ligne VineMarket.com et la plateforme d’achat de jouets pour enfants AfterSchool.com, et lançant les versions mobiles de sites gérés par Quidsi.

Initialement, Amazon avait racheté Quidsi pour éliminer la concurrence sur le marché. Cependant, la plupart des sites de cette division se chevauchent aujourd’hui avec son coeur de métier. Par exemple, l’entreprise américaine dispose de sa propre branche, Amazon Family, pour proposer des produits pour bébés, qui concurrence de facto le site Diapers.com, positionné sur le même segment. En fermant Quidsi, Jeff Bezos souhaite ainsi pousser les utilisateurs des sites de cette division vers l’écosystème d’Amazon. 

Amazon accélère sur le marché de l’épicerie

La marketplace américaine a en effet estimé que la nouvelle poussée de l’épicerie parmi son offre de services constituait le moment idéal pour consolider ses marques. Dans ce sens, l’équipe de développement des logiciels de Quidsi se concentrera désormais sur la technologie visant à développer le service de livraison de produits frais, surgelés et d’épicerie AmazonFresh. 

Amazon a décidé d’aller encore plus loin sur le marché de l’épicerie en lançant prochainement le service de drive-in AmazonFresh Pickup. Ce dernier permettra aux abonnés d’Amazon Prime de venir récupérer leurs courses à partir d’un quart d’heure après avoir passé leur commande en ligne, le tout sans sortir une seule fois de leur véhicule. En effet, un employé d’Amazon viendra mettre directement les sacs dans le coffre de leur voiture en quelques minutes. Pour l’heure, Amazon a ouvert deux magains à Seattle pour tester son service auprès de ses employés.

Lire aussi : 

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Amazon ferme sa division Quidsi pour consolider ses propres marques
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
TikTok/Bytedance
TikTok: à trois jours de l’échéance, l’app n’a toujours pas d’accord aux États-Unis
Copy link