ActualitéBusiness

Après la Chine, WeWork veut accélérer en Asie du Sud-Est

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Très actif sur le marché chinois du coworking, WeWork veut maintenant s’attaquer à l’Asie du Sud-Est pour accentuer son leadership mondial. Après s’être lancé à Singapour en janvier, le géant américain entend se déployer dans quatre pays supplémentaires de la région d’ici la fin de l’année. Dans un premier temps, WeWork prévoit d’ouvrir des espaces en Indonésie, dans la capitale Jakarta, avant de s’étendre en Thaïlande, en Malaisie et aux Philippines au cours des prochains mois.

A Jakarta, WeWork ouvrira ses deux premiers espaces au troisième trimestre 2018. Le premier est situé au sein de la Sinarmas MSIG Tower, un gratte-ciel qui accueillera 1 400 membres WeWork sur 5 étages, tandis que le deuxième sera hébergé par la Revenue Tower, où le spécialiste du coworking a mis la main sur 3 étages pour accueillir 800 personnes. Bien que les espaces ne soient pas encore ouverts aux entrepreneurs, l’entreprise Bizzy, spécialisée dans le commerce en ligne B2B, s’est déjà engagée à louer plus de la moitié de l’espace situé dans la Revenue Tower. WeWork s’attend à ce que la demande soit forte pour ses espaces dans la capitale indonésienne.

Après Jakarta, Bangkok, la capitale de la Thaïlande, devrait être la prochaine ville d’Asie du Sud-Est à accueillir un espace estampillé WeWork. Le géant américain commence également à recruter du personnel pour constituer ses équipes à Manille (Philippines) et à Kuala Lumpur (Malaisie). Pour préparer le terrain en Asie du Sud-Est, WeWork avait racheté en août dernier la start-up singapourienne Spacemob, qui propose des espaces de coworking.

La Chine, fer de lance de WeWork en Asie 

Pour financer ses ambitions en Asie, WeWork a levé 4,4 milliards de dollars auprès de SoftBank à l’été 2017. Valorisé 20 milliards de dollars, le géant américain avait jusque-là principalement concentré ses efforts sur la Chine. Le géant du coworking avait débarqué sur le territoire chinois en 2016 avec un espace à Shanghai et compte désormais 13 sites dans le pays, notamment à Pékin et Hong Kong. En Chine, WeWork revendique à ce jour plus de 10 000 membres.

Le groupe américain prévoit d’ouvrir de nouveaux espaces à Shenzhen, Suzhou, Hangzhou, Chengdu, Nankin ou encore Wuhan pour disposer d’un parc de 40 sites d’ici la fin de l’année. Cela doit permettre à WeWork de quadrupler son nombre de membres en Chine. Dans ce sens, le mastodonte américain a mis la main plus tôt ce mois-ci sur son concurrent chinois Naked Hub, qui revendique 10 000 membres répartis sur une trentaine de sites.

Cette année, WeWork prévoit d’inaugurer 200 nouveaux espaces et ainsi d’atteindre le nombre de 400 sites répartis dans 83 villes et 27 pays. Le géant américain revendique 200 000 membres à travers le monde et prévoit de doubler ce chiffre cette année.

Bouton retour en haut de la page
Après la Chine, WeWork veut accélérer en Asie du Sud-Est
[Série B] Ouihelp lève 30 millions d’euros pour renforcer sa solution d’aide à domicile
TikTok mise sur les abonnements payants pour s’affranchir de la publicité
Pourquoi Klarna va supprimer 10% de ses effectifs dans le monde
[Seed] La PropTech Buildrz réalise une première levée de fonds de 3,8 millions d’euros
Orange : l’ère Stéphane Richard définitivement terminée
[Nominations] Figaro Classifieds, Sendinblue, Mon Petit Placement… Les nominations de la semaine
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media