A la uneActualitéActualité Start Me UpEuropeFinTechInvestissementsRetail & eCommerceStart Me UpTransport

Aviva et Pole Capital entrent au capital de RefundMyTicket

RefundMyTicket.com, une start-up spécialisée dans la défense des droits des passagers aériens, fait entrer à son capital deux nouveaux actionnaires que sont l'assureur Aviva et le fonds Pole Capital. Les détails financiers de l'opération, accompagnée par Bpifrance, n'ont pas été divulgués. 

Le remboursement de billets d'avions, liés à des retards ou à des annulations, est estimé à 4 milliards d'euros par an, d'après la société. «Chaque année, plus de 10 millions de passagers peuvent légitimement demander à être indemnisés, comme l’exige la réglementation européenne 261-2004. Pourtant, seulement 5% d’entre eux en font la demande auprès des compagnies aériennes», explique RefundMyTicket.

Créée en 2014 par Johan Orsingher, Claim Assistance, propriétaire de RefundMyTicket, revendique «des dizaines de milliers de réclamations» auprès de 140 compagnies. 

Depuis 1 un an, la société d'assurances Aviva a prévu d'accélerer ses investissements dans les projets «qui ont du sens». En rejoignant le board de RefundMyTicket, elle se place surtout directement sur un service lié à ses activités. Ensemble ils comptent «industrialiser des processus juridiques complexes». 

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Aviva et Pole Capital entrent au capital de RefundMyTicket
DNVB : la mécanique de Cowboy pour rouler toujours plus vite
google
Alphabet, la maison-mère de Google, lance une filiale dédiée aux logiciels pour la robotique
VTC: dans le viseur de Pékin, Didi Chuxing menacé d’une amende record, dépassant celle d’Alibaba
« Mon espace Santé »: le gouvernement va consacrer 1,4 milliard d’euros à la sécurité des données de santé
FoodTech: les débuts en Bourse de Zomato suscitent un fort appétit des investisseurs
RGPD: la Cnil condamne le groupe de protection sociale AG2R à une amende de 1,75 million d’euros