AcquisitionActualitéMedia

Axel Springer débourse 306 millions d’euros pour prendre le contrôle de Business Insider

Le groupe allemand de média Axel Springer a annoncé avoir acquis 88% du site d’information Business Insider pour 306 millions d’euros. A l’issue de cette opération, Henry Blodget, le PDG et fondateur du pure player, conserve ses fonctions.

«Avec l’acquisition de Business Insider, nous poursuivons notre stratégie visant à élargir la portée numérique d’Axel Springer et, comme annoncé précédemment, nous investissons dans des sociétés numérique de journalisme dans les régions anglo-saxones du monde», a déclaré Mathias Döpfner, PDG d’Axel Springer.

Reprise de notre article du 22 septembre 2015 :

Ce n’est pas la première fois qu’Axel Springer (qui édite notamment Bild ou même le Die Welt) s’intéresse de près au pure player spécialisé dans l’information économique et financière. En début d’année, il y avait déjà investi 25 millions de dollars, valorisant le site à plus de 200 millions de dollars. Cette nouvelle opération concerne désormais l’acquisition de l’intégralité de l’entreprise.

Axel Springer, 60% des revenus issus du numérique

Fondé en 2007 par Henry Blodget, un analyste financier spécialiste de Wall Street, Business Insider s’est spécialisé dans la couverture de l’actualité économique, notamment celle des start-up et des nouvelles technologies avec sa rubrique «Silicon Alley Insider». Le modèle repose sur une titraille forte, mais également sur la publication d’articles plus «viraux» comme des classements compilés sous forme de diaporamas par exemple.

Le site a ensuite lancé des déclinaisons en anglais au Royaume-Uni, en Australie, en Inde ou encore en Indonésie. Aujourd’hui, le Business Insider est devenu le 87e site le plus visité aux Etats-Unis, et le 198e dans le monde, selon Alexa Rank.

Pour Axel Springer, cette acquisition serait un pas de plus pour sa transformation numérique. Au second trimestre 2015, le groupe qui a réalisé 796 millions d’euros de chiffre d’affaires, a tiré plus de 62% de ses revenus sur ses activités numériques.

Ces derniers mois, la firme a en effet multiplié les acquisitions et les investissements dans le digital à coup de millions de dollars. Dans les médias, il a notamment créé un joint venture pour le lancement de l’édition européenne du site Politico, une référence pour la couverture de l’actualité politique aux Etats-Unis. L’an passé, il a pris une participation dans Blendle, une start-up qui édite un «iTunes de la presse en ligne».

Petites annonces, réalité virtuelle, cap sur le numérique

Pour son activité des petites annonces, il a notamment mis la main sur le site LaCentrale.fr, spécialisé dans l’automobile, pour 72 millions d’euros l’an passé. Axel Springer s’intéresse également à des projets plus avant-gardistes : il vient d’investir, aux côtés de Walt Disney Company et d’autres fonds, dans Jaunt, une start-up américaine spécialisée dans la réalité virtuelle, dans le cadre d’un tour de table de 65 millions de dollars.

Si l’acquisition du Business Insider venait à être confirmée, il s’agirait d’un des plus importants rachats d’un pure player de l’information depuis le rachat du Huffington Post par Aol en 2011, pour plus de 300 millions de dollars. Elle survient dans un contexte d’enthousiasme à l’égard des sites d’informations en ligne outre-Atlantique. Cet été, le groupe américain NBC Universal a investi 200 millions de dollars dans Vox Media (éditeurs de sites thématiques à succès comme SB Nation ou The Verge) et BuzzFeed, spécialisé dans les contenus dits «viraux».

Tags
Adobe

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Close
Share This