ActualitéBusinessFinTechFrenchWeb Day

[Bitcoin Day] Saxo Banque et Prêt d’Union favorables à l’intégration du bitcoin à leurs plate-formes

On l’a vu avec l’exemple chinois, les banques centrales ne reconnaissent pas officiellement le bitcoin comme une véritable monnaie d’échange. La note publiée le 5 décembre 2013 par la Banque de France en témoigne. Des mastodontes tels qu’eBay et Google s’y intéressent de près. Depuis son essor en 2013, le protocole open source divise. Mais qu’en est-il des acteurs du potentiel écosystème autour du bitcoin? L’avis de Charles Egly, Président et co-fondateur de la plate-forme de crédit entre particuliers (peer-to-peer lending) Prêt d’Union et de Pierre-Antoine Dusoulier, Président de l’institution en ligne Saxo Banque pour la France et l’Europe de l’Ouest :

Frenchweb : Serait-il envisageable que votre société intègre le bitcoin à sa solution?

Charles Egly: Avec Prêt d’Union, nos clients Investisseurs-Prêteurs ont accès à la rémunération du crédit à la consommation qui jusque-là était réservée au monopole des banques. Le produit d’investissement que nous proposons est par conséquent une nouvelle classe d’actif. A ce stade nous ne souhaitons pas en plus rajouter à notre produit d’investissement déjà novateur une exposition aux fluctuations (qui peuvent être aujourd’hui très conséquentes) du bitcoin par rapport à l’euro. Par contre, à termes il serait judicieux d’intégrer le bitcoin à notre plateforme comme une solution de paiement, c’est-à-dire que nous pourrions permettre à nos Investisseurs-Prêteurs d’alimenter leur compte via un flux bitcoin instantanément converti en euros.

Pierre-Antoine Dusoulier : Nous développons constamment nos plateformes de trading et suivons évidemment de très près les innovations dans le domaine du trading, comme dans le domaine de la technologie plus globalement. Bitcoin est à la fois un protocole de paiement et une crypto-monnaie. En tant que spécialistes du trading de devises, nous pourrions être amenés à intégrer le trading de bitcoins sur notre plateforme. Nous sommes actuellement en phase d’observation car le bitcoin reste très sensible en termes de sécurité, comme l’a montré l’épisode MtGox.

FW: De manière plus générale, vous semble-t-il judicieux pour un établissement de crédit d’inclure le bitcoin dans sa stratégie?

Charles Egly: Oui mais dans la mesure où on limite l’utilisation du Bitcoin à un moyen de paiement. Car il ne serait pas forcément judicieux d’ajouter, sur un produit de crédit (dans le cas de Prêt d’Union, le produit d’investissement donne une exposition aux ménages français) déjà novateur, une exposition aux fluctuations du bitcoin.

Pierre-Antoine Dusoulier : Bitcoin est avant tout un protocole de paiement. L’intégrer à la stratégie d’un établissement de crédit pourrait être intéressant à partir du moment où Bitcoin apporterait un nouveau service. C’est ce qui représente la beauté de Bitcoin aujourd’hui, cela permet d’entrevoir de nouveaux usages dans le monde bancaire. Dans ce cas il sera essentiel de protéger les clients des fluctuations de la devise bitcoin (qui cote actuellement 430 euros et reste très volatil).

FW: Quel futur voyez-vous pour cette monnaie?

Charles Egly: Le bitcoin a un magnifique avenir devant lui mais il doit sortir de la « clandestinité », c’est-à-dire que les banques centrales et les régulateurs doivent l’accepter comme monnaie électronique et moyen de paiement, ce qui permettrait de réguler les plateformes de Bitcoin comme les plateformes de forex ou de crédit par exemple et donc de leur donner toute leur légitimité.

Pierre-Antoine Dusoulier: La technologie Bitcoin est révolutionnaire et pourrait avoir des applications encore insoupçonnées mais il est difficile de dire aujourd’hui si le bitcoin réussira à s’imposer. Les défenseurs de cette nouvelle devise devront notamment réussir à convaincre les régulateurs tout en conservant les propriétés innovantes du protocole de paiement, liées notamment à l’anonymat des échanges, un défi de taille. Le bitcoin a déjà beaucoup apporté au monde de la finance en poussant les banques, les sites de e-commerce mais aussi les commerçants à réinventer leurs systèmes de paiement.

Tags

Adeline Raynal

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
[Bitcoin Day] Saxo Banque et Prêt d’Union favorables à l’intégration du bitcoin à leurs plate-formes
YouTube
YouTube et les annonceurs: chronique d’une relation compliquée
Reconnaissance faciale
Inégalités, préjugés: des chercheurs appellent à réguler l’intelligence artificielle
Aircall lance une marketplace pour créer un écosystème d’applications B2B autour de la téléphonie
FinTech : Qwil lève 24,4 millions de dollars pour accorder des prêts aux freelances et aux petites entreprises
Recrutement international: le Lillois Cooptalis lève 14 millions d’euros pour financer son expansion
Yubo, le réseau social pour les adolescents, lève 11 millions d’euros
Copy link