ActualitéAsieBusinessTech

Bytedance, la maison-mère de TikTok, fait une incursion dans le jeu vidéo

Après le succès de son application de vidéo sociale TikTok (un milliard de téléchargements sur Google Play et l’App Store), Bytedance accentue sa rivalité avec Tencent en se positionnant plus profondément dans le secteur du jeu vidéo. La licorne chinoise, dont la valorisation atteignait à l’automne dernier les 75 milliards de dollars après une levée de 3 milliards de dollars, dépassant ainsi Uber, a acquis pour un montant non dévoilé la totalité du développeur de jeux vidéo mobile Mokun Technology, basé à Shanghai. Le rachat a été effectué via la filiale de Bytedance Zhaoxi Guangnian Technology, selon un document du National Enterprise Credit Information Publicity System chinois.

Fondé en 2013, Mokun Technology s’est spécialisé dans le développement de jeux vidéo sur mobile, tels que les titres à succès en 3D Fighter of the Destiny et Universal Warriors. Notons que ces derniers étaient jusqu’ici distribués par Tencent. Mokun évoluait précédemment dans le giron de 37 Interactive Entertainment, éditeur de jeux vidéo listé sur les marchés de Shanghai et Shenzhen qui l’avait racheté en 2016 pour près de 17 millions de dollars (1,11 milliard de yuans). Zhang Lidong, vice-président sénior et représentant légal chez Bytedance, est désormais executive chairman de Mokun.

Une bataille de la « super-app » loin d’être terminée

Bytedance a connu un développement significatif avec le succès fulgurant de TikTok (appelée Douyin en Chine), à la suite de sa fusion avec l’application Musical.ly, rachetée par l’entreprise chinoise en 2017 pour au moins 800 millions de dollars. TikTok rivalise notamment sur le créneau des plateformes sociales avec l’application Kuaishou, soutenue par Tencent. Bytedance avait également renforcé en 2017 son offre avec le rachat de News Republic, agrégateur d’informations jusque-là détenu par le spécialiste du numérique chinois Cheetah Mobile pour 86,6 millions de dollars. Fondé en 2012, Bytedance avait initialement développé une plateforme de contenu basée sur l’intelligence artificielle baptisée Toutiao, avant de sortir d’autres produits tels que Topbuzz, BuzzVideo, Vigo Video ou Xigua Video.

Tout comme son concurrent Tencent et son application WeChat, mais aussi d’autres géants chinois du numérique tels qu’Alibaba ou Meituan-Dianping, Bytedance cherche à s’imposer auprès des consommateurs chinois sur le terrain de la « super-app » parfaite. Celle-ci mêlerait vidéo, plateforme social media, agrégation d’informations, paiements électroniques, marketplace, livraison de repas, mais aussi gaming mobile. Tencent, géant de l’édition de jeux vidéo, et WeChat ont déjà une longueur d’avance sur leurs rivaux. Le groupe chinois a notamment développé une variété de « mini-programmes » de jeux vidéo au sein de WeChat. Le mois dernier, toutefois, Bytedance a dévoilé son premier jeu in-app, appelé Music Jumping Ball, au sein de son application vidéo. Celle-ci permet en outre à des développeurs tierces de distribuer des jeux. La bataille de la super-app entre Bytedance et Tencent, qui avaient par ailleurs porté plainte l’un contre l’autre l’année dernière pour pratiques anticoncurrentielles et diffamation, paraît loin d’être terminée.

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This