ActualitéBusinessRetail & eCommerceTech

Carrefour passe à l’offensive sur le digital et noue une alliance avec Tencent

Alliance stratégique avec Tencent en Chine

Le géant chinois Tencent et les supermarchés chinois Yonghui vont rentrer au capital de la filiale de Carrefour en Chine. « Cette opération permettra de combiner le savoir-faire de Carrefour dans le domaine de la distribution avec l’excellence technologique de Tencent et l’expertise opérationnelle de Yonghui, en particulier sa maîtrise des produits frais », affirme le groupe français. Carrefour précise qu’il demeure le premier actionnaire de sa filiale.

Cet investissement s’accompagne également d’un « protocole d’accord de coopération stratégique en Chine » entre Carrefour et Tencent, afin de mutualiser l’expertise de distributeur du Français avec le savoir-faire tech et les capacités d’innovation de Tencent. Il s’agit ici pour Carrefour « d’améliorer sa visibilité sur internet, d’accroître son trafic en ligne et en magasin et de bénéficier de l’expertise avancée de Tencent en matière technologique et numérique pour développer de nouvelles initiatives de smart retail ».

Le périmètre de la coopération envisagée inclut plusieurs zones de partenariat, en particulier sur le partage des données, le « smart retail », les solutions de paiement mobile, l’amélioration de l’expérience magasin et l’exploitation de données afin de dynamiser le trafic en magasin.

Au travers de ce partenariat, Tencent étendra l’offre de services proposés sur ses plateformes et développera, au sein de l’écosystème Carrefour, l’utilisation de WeChat, de ses solutions de paiement WeChat Pay, de son cloud et ses autres services.

Crédit : pcruciatti / Shutterstock.com

Rappelons qu’en novembre dernier, Auchan avait également noué un accord avec le e-commerçant Alibaba, autre titan de la tech chinois.

2,8 milliards d’euros dans le digital et l’omnicanal d’ici 2022

Cette annonce a été faite lors de la présentation du plan de transformation Carrefour 2022. Ce plan, très attendu, a pour objectif de sortir le distributeur du marasme et de le préparer aux enjeux colossaux à l’oeuvre dans le secteur, sous l’impulsion de son nouveau PDG depuis juillet 2017, Alexandre Bompard.

Outre la rationalisation de l’organisation autour d’un siège unique, la réduction drastique des coûts (2 milliards d’euros dès 2020) et un plan de départs de 2 400 postes, on attendait beaucoup des annonces sur la remise à niveau numérique de Carrefour, qui y accuse un retard certain, dans le cadre d’une compétition devenue globale et féroce. Que retenir donc sur le volet digital ?

Un objectif de 5 milliards d’euros de chiffre d’affaire e-commerce alimentaire d’ici 2022

2,8 milliards d’euros seront ainsi investis dans le digital d’ici 2022 (investissements et exploitation), « six fois plus que les investissements actuellement consentis » selon le dirigeant. Carrefour souhaite notamment porter son chiffre d’affaires à 5 milliards d’euros en e-commerce alimentaire, ce qui porterait sa part de marché à 20% en France, contre 10% actuellement. Pour ce faire, le groupe souhaite développer et fiabiliser tous les registres de livraison, grâce à son maillage physique : à domicile, express en une heure, drive, click and collect…

Un site unique Carrefour.fr ; disparition de la marque Ooshop ; 50% des investissements marketing sur le digital

Carrefour va également simplifier sa présence en ligne. Aujourd’hui présent via 8 sites et 14 applications, Carrefour souhaite refondre sa présence en un seul site par pays, sous pavillon Carrefour. La mise en ligne de ce portail unique est annoncé pour fin 2018. Ainsi, la marque Ooshop disparaîtra, mais certaines verticales demeurent, comme Greenweez ou Rueducommerce. Par ailleurs, Alexandre Bompard a annoncé une réorientation massive des investissements marketing vers le digital : de 8% aujourd’hui, ils passeront ainsi à 50% en 2022. Carrefour dépense aujourd’hui environ 500 millions d’euros par an sur ces postes.

Blockchain et transition alimentaire

Greenweez pour le bio est en effet parfaitement en phase avec les grandes ambitions de Carrefour, qui souhaite répondre aux nouvelles exigences alimentaires des consommateurs. Le groupe souhaite « devenir leader mondial de la transition alimentaire » face à la demande accrue des clients en qualité et sécurité alimentaire. Un enjeu sur lequel la technologie blockchain fait particulièrement sens : le distributeur l’utilise déjà en test sur la filière aviaire.

Les marchés ont salué ces annonces : le titre Carrefour gagnait plus de 4% en début d’après-midi, réalisant la plus forte hausse du CAC40.

Tags

Carolina Tomaz

Computer Girl depuis 2000. Stratégie numérique, innovation, direction éditoriale. Spécialisée en médias, TV et internets. Chief Content Officer Decode Media

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce contenu pourrait vous intéresser:

Close
Share This