Business

Chiffres du poker en ligne: le coup de gueule du patron de Chili Gaming

Alexandre Dreyfus dirige depuis 2006 à Malte, Chili Gaming, une société qui emploie 40 personnes de 13 nationalités différentes et propose en 7 langues des sites de jeux en ligne: poker, paris, casino… Chili Gaming édite notamment Chilipoker.com, Chilibet.com et Chilicasino.com.

Sur son blog, Alexandre Dreyfus a poussé récemment un coup de gueule contres les chiffres publiés dans certaines études et rapports récents sur l’industrie du poker en France. Il dénonce les évaluations sur le nombre d’amateurs français qui continueraient à jouer sur des sites étrangers, « illégaux », et les CA du secteur avancés par les études.

Il s’en prend notamment à l’étude réalisée par Francis Merlin, Délégué Général du Monaco iGaming Exchange qui évalue le chiffre d’affaires du marché du poker en ligne à 573 M€ et évoque le chiffre de « 200 000 joueurs de poker insatisfaits de l’offre française (qui) se rabattent sur les sites illégaux ». Pour rappel, ils étaient estimés à 600 000 avant l’ouverture de juin 2010.

Entretien avec Alexandre Dreyfus

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. « Il dénonce les évaluations sur le nombre d’amateurs français qui continueraient à jouer sur des sites étrangers, “illégaux”, et les CA du secteur avancés par les études. »

    => Il faut savoir qu’une entreprise qui est basée à Malte est implantée en général pour une bonne raison : la fiscalité !
    Sacré donneur de leçons celui là !

Chiffres du poker en ligne: le coup de gueule du patron de Chili Gaming
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link