BusinessFW BusinessHealthcareTV

Comment Dreem veut améliorer la qualité de votre sommeil

Environ 30% de la population souffrent de troubles du sommeil (insomnie, difficulté à s’endormir, réveil nocturne…). En France, ce pourcentage grimpe même à 62%. Selon l’Insee, les Français ont perdu en moyenne 18 minutes de sommeil par nuit en l’espace de 25 ans. Il faut dire qu’avec la place grandissante des écrans dans notre quotidien et un cadre de vie toujours plus stressant, le sommeil a de quoi être perturbé dans notre époque actuelle. Pour résorber ces troubles du sommeil, Dreem a vu le jour en 2014 avec la conviction «qu’il y a une corrélation forte entre le sommeil et l’état de santé», indique Hugo Mercier, co-fondateur et CEO de la start-up parisienne.

Dans cette optique, la société a conçu un bandeau connecté et équipé de capteurs qui permettent de mesurer l’activité cérébrale, le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire et les mouvements. A partir des données collectées, Dreem utilise des stimulations sonores transmises par conduction osseuse au cerveau dans le but de faciliter l’endormissement et d’améliorer la qualité du sommeil profond.

Le sommeil de 10% de la population mondiale dans le viseur de Dreem

Pour traiter les grands volumes de données hétérogènes collectés par les capteurs, la société, basée à Paris et à San Francisco, fait appel au machine learning. Cette technologie d’intelligence artificielle est particulièrement utile pour interpréter le signal électrique produit par les neurones. Sur les 70 collaborateurs que compte l’entreprise, une quinzaine d’entre eux travaillent exclusivement sur l’analyse des données tandis que cinq employés sont pleinement concentrés sur la recherche.

Après avoir levé 22 millions de dollars entre 2016 et 2017, Dreem a bouclé un nouveau tour de table de 35 millions de dollars en juin mené par le géant américain Johnson & Johnson. Ce financement doit permettre à la société de poursuivre son développement technologique pour avancer dans la recherche sur le sommeil. Avec son bandeau connecté, Hugo Mercier estime qu’il s’adresse à un marché potentiel de 750 millions de personnes, soit 10% de la population mondiale (7,5 milliards d’habitants).

Dreem : les données clés

Fondateurs : Hugo Mercier et Quentin Soulet de Brugière
Création : 2014
Siège social : Paris
Activité : analyse et amélioration du sommeil
Financement : 35 millions de dollars en juillet 2018

Tags
Plus d'infos

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer