ActualitéMarketing & CommunicationRetail & eCommerce

Comment Line est en passe de réussir le tournant du social e-commerce

La société japonaise a su s’associer avec des acteurs locaux d’e-commerce.

Alors que Twitter a été chahuté en bourse jeudi dernier, Line affichait des résultats en forte croissance avec 330 millions de dollars de chiffre d’affaires, soit près de la moitié de celui du réseau social américain, beaucoup plus ancien pourtant. Comment l’expliquer ? La réussite de l’application tient en grande partie à sa réussite dans l’e-commerce alors que, pourtant, une application de messagerie instantanée pourrait ne pas y être propice.

La société japonaise qui l’édite a instauré des Line Flash Sale, des ventes éphémères en tous genres, en partenariat avec des acteurs spécialisés comme aCommerce, une startup thaïlandaise qui fournit des solutions d’e-commerce.

Celle-ci publie un cas d’affaire sur la méthode de Line en Thaïlande. Selon ses chiffres, il ressort que 5,5 millions de détenteurs de smartphone ont effectué un achat sur Line, pour un « pic » d’achat de 20 000 cyber-acheteurs sur une même offre au même moment. Au total, la rupture de stock la plus rapide a été atteinte après 4 minutes. A noter que 69% des acheteurs sont des femmes et que 70% des transactions ont été réalisées sur des terminaux Apple.

LINE-infographic

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. frenchweb vous ne dites pas vraiment comment Twitter pourrait s’en inspirer en fait là…

  2. myriam merci, les details sont toujours important. ebg frenchweb

Bouton retour en haut de la page
Comment Line est en passe de réussir le tournant du social e-commerce
L’IAD Studio, nouveau moteur d’innovation du groupe IAD
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?