ActualitéLes levées de fonds

Capital-risque : 487 millions d’euros levés en France au second semestre 2013

La France est le troisième pays européen en matière de capital-risque, derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne

Avec 487 millions d’euros levés au second semestre 2013 sur plus de 177 opérations, la France est le troisième pays européen en matière de capital-risque, selon le dernier baromètre de EY sur le sujet, en cristallise ainsi 16% des tours de table du continent.

franck-sebag-ey

« Le capital risque sort d’une période d’incertitude importante du fait de modification structurelle du marché (impact Solvency 2, Bale 3, Modification de l’avantage FCPI,…), toutefois de nombreux fonds Techs ont réussi à boucler leurs nouveaux fonds (Serena Capital, Partech, IdInvest, ..), ce qui permet de rester optimiste sur le financement des start-ups dans les prochaines années. Une des grande problématiques est de démontrer la rentabilité du capital risque français. Ces derniers mois tracent le chemin à suivre avec des opérations comme Critéo (IPO Nasdaq) ou Neolane (Cession Adobe) » explique Franck Sebag, associé chez EY.

Les secteurs ne sont cependant pas logés à la même enseigne. En haut du podium : les services Internet et le secteur des logiciels se partagent l’essentiel du gâteau avec respectivement 132 et 115 millions d’euros levés, pour un total 112 opérations réalisées. Avec Scality (17 millions d’euros) et Talend (29 millions), le second obtient deux des cinq plus grandes opérations réalisées en France. L’électronique (63 millions d’euros levés) a toutefois connu la plus forte bouclée – avec les 34 millions levés par Crocus Technology – et occupe ainsi la troisième place du podium. Les technologies médicales (43 millions) et la biotech (40 millions) arrivent juste derrière, avec 24 opérations seulement.

« Il apparaît clairement que la politique volontariste de la BPI commence à se remarquer. Ainsi en nombre d’opérations sur le semestre la BPI est largement en tête avec une présence directe dans 15 opérations et dans 4 des 5 plus gros tours du semestre (Talend, Pixium Vision, Withings et Scality) » commente M. Sebag.

Sur les 487 millions d’euros d’investissement, seuls 14 ont été affectés à des opérations d’amorçages. Les stades de maturité les plus « gourmands » étant les troisièmes tours de table (226 millions, pour une augmentation moyenne de capital de 8,35 millions), les seconds tours (100 millions) et les premiers tours (147 millions).

« Il y a depuis quelques mois une prise de conscience sur l’importance de soutenir les entrepreneurs et plus particulièrement les entreprises de croissance innovantes. La France essaye donc de combler son retard dans le domaine ce qui passe à la fois par de la communication mais aussi par de la mobilisation de fonds privés ou publiques. Dans cet esprit, je pense que cette industrie peut tirer son épingle du jeu et faire émerger de nouvelles locomotives créatrices d’emplois et de richesse. L’enjeu final étant de transformer ces startups en Entreprise innovante de taille intermediaire (E.I.T.I) ».

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

4 commentaires

  1. jdesaalves JeanRognetta frenchweb roxannevarza OUI MAIS: 80M€ / 3 deals (16%), 177 deals en tout et…14M€ only pour le seed

  2. Thomas_Benita jdesaalves frenchweb roxannevarza Le chiffre semble énorme. Nous estimons 700m€ pour 2014. Mais je préfère me tromper ;-)

  3. JeanRognetta jdesaalves frenchweb roxannevarza C’est énorme ;-) Mais l’amorçage semble (très) faible pour assurer la relève

Share This