/ InsidersActualitéBusinessTech

[CONFIDENTIEL] ICO 2014-2018, Snapchat, Facebook, Amazon vs. Google…

#Cryptominute: l’explosion des ICO en une dataviz

Voici une datavisualisation aussi fascinante qu’instructive : elle nous vient de la start-up crypto Elementus et déroule sous vos yeux ébahis quatre ans de ce nouveau type de financement, les ICO (Initial Coin Offerings), la levée de fonds en cryptomonnaie.

Les opérations sélectionnées sont toutes celles qui ont lieu entre début 2014 et novembre 2017, et qui ont levé un minimum de 100 000 dollars.

Ce qu’il faut en retenir :

Mai 2017 aura marqué réellement l’explosion des ICO.

Ce sont près de 6,4 milliards de dollars levés à date, des blocs Europe / Amériques / Asie assez équilibrées et l’émergence d’un nouveau continent « apatride » (en rose sur l’infographie, comme par exemple the DAO, cette entreprise qui n’existait que sur la blockchain, sorte de fonds d’investissement participatif pour projets ethereum et qui a incidemment mal tourné…).

En ce qui concerne la typologie des montants levés, elle est aussi assez équilibrée entre les opérations à la Tezos de 100 millions de dollars et plus, les intermédiaires en dizaines de millions de dollars, et les autres.

Pour la version « infographie interactive » (une expression qui nous ramène aux heures les plus sombres de l’internet des années 2000), c’est ici : Four years of Initial Coin Offerings

#AR: Snapchat lance Lens Studio pour créer des filtres en réalité augmentée

Snapchat poursuit sa mutation. Après avoir annoncé fin novembre la refonte de l’interface de l’application de messagerie éphémère, Snap, la maison-mère de Snapchat, a dévoilé son application «Lens Studio». Ce logiciel de création, accessible à tous gratuitement sur Mac et Windows, permet de créer et de distribuer des «Lenses», soit des filtres animés en réalité augmentée très populaires sur Snapchat. Selon Eitan Pilipski, vice-président en charge de l’ingénirie chez Snap, les utilisateurs de Snapchat s’amusent avec les filtres de réalité augmentée pendant plus de 500 heures au quotidien.

Pour que les utilisateurs puissent alimenter Snapchat eux-mêmes en matière de filtres en réalité augmentée, l’application «Lens Studio» leur met à disposition une bibliothèque de templates et de tutoriels. Sur le logiciel, les utilisateurs ont la possibilité de créer des «World Lenses», des objets en 3D qui peuvent interagir avec l’environnement réel, ou des «Face Lenses», des masques qui permettent d’ajouter des effets à votre visage.

Dans un premier temps, les créateurs de «Lenses» devront gérer eux-mêmes la diffusion de leurs filtres conçus par leurs soins via des «Snapcodes», s’apparentant à des QR Codes made in Snapchat, que l’utilisateur peut envoyer à ses amis depuis l’application. De leur côté, les marques et les entreprises pourront bénéficier d’un programme dédié, baptisé «Lens Studio Partner». Ce dernier leur permettra de collaborer avec des studios 3D, comme Avatar Labs, North Kingdom ou encore Trigger Global pour développer des filtres en réalité augmentée sur-mesure. De cette manière, les marques pourront lancer des campagnes ciblées et personnalisées, sans pour autant dégrader l’expérience de l’utilisateur. En cela, Snap vient ainsi de s’ouvrir une nouvelle voie de monétisation, plus agréable pour ses utilisateurs, qui pourrait lui permettre de remplir ses caisses. Pour rappel, la firme américaine n’a jamais atteint la rentabilité.

Il y a urgence pour Snap. Et pour cause, au troisième trimestre, Snap a réalisé un chiffre d’affaires de 207,9 millions de dollars, soit une progression de 62% par rapport à 2016, alors que les investisseurs attendaient 236,9 millions de dollars. Pire encore, la société a vu sa perte nette plus que tripler, pour atteindre 443 millions de dollars. De plus, les dépenses de l’entreprise ont explosé en l’espace d’un an, passant de 260 millions à 670 millions de dollars.

Au-delà des résultats financiers décevants, Snap peine à attirer de nouveaux utilisateurs sur son application mobile. Entre juillet et septembre, Snapchat a seulement gagné 4,5 millions d’utilisateurs, pour atteindre les 178 millions d’adeptes. En face, son rival Instagram, propriété de Facebook, compte plus de 500 millions d’utilisateurs mensuels, dont 300 millions qui utilisent l’application au quotidien.

#Pub: Le pre-roll débarque sur Facebook (Watch)

A l’occasion d’un billet de blog présentant de nouvelles règles de monétisation autour de la vidéo, Facebook a annoncé l’arrivée du pré-roll publicitaire dans son offre. Il fera six secondes, et arrivera en début d’année. Mais son usage sera uniquement réservé aux vidéos disponibles sur Watch, la plateforme vidéo du réseau social.

Facebook Watch. Crédit photo: Facebook

Facebook change aussi ses règles du jeu en matière de distribution. En phase avec ses ambitions sur la vidéo en ligne, il modifie l’algorithme qui commande le fil d’actualité en ce sens pour « mettre en avant les vidéos que les internautes recherchent et sur lesquelles ils reviennent de manière proactive sur Facebook » selon deux critères. Les vidéos privilégiées par Facebook dans le fil seront celles qui bénéficient de l’intention (celles que l’utilisateur recherche de lui-même, dan sel moteur ou en allant directement sur la page) et la récurrence (celles que l’utilisateur retourne voir régulièrement)

Quant aux mid-rolls, ils devraient aussi bénéficier de quelques ajustements (bienvenus, oserait-on ajouter). Les « ad breaks », conformément au jargon Facebook, ne seront désormais servis que dans les vidéos d’au moins trois minutes, et uniquement à partir de la 60ème seconde. Jusqu’à présent, il était possible d’interrompre une vidéo d’à peine 90 secondes dès sa vingtième seconde.

Les recettes publicitaires de Facebook constituent la quasi-totalité de son chiffre d’affaires, qui s’élevait à 10,33 milliards de dollars au troisième trimestre, en hausse de 47% sur un an. Entre juillet et septembre, les revenus publicitaires de Facebook ont ainsi atteint 10,14 milliards de dollars. La publicité mobile constitue l’essentiel des revenus publicitaires de la société à hauteur de 88%. A ce jour, Facebook revendique 2 milliards d’utilisateurs mensuels sur son réseau social.

#LeRetourDeLaVengeance: Apple TV et Google Chromecast de retour sur Amazon

Capture d’écran de l’Apple TV 4K sur Amazon

Amazon et Google auraient-ils enfin trouvé un terrain d’entente ? Alors qu’en début de mois, YouTube était une nouvelle fois retiré du catalogue de l’enceinte connectée Echo Show d’Amazon, le site e-commerce a annoncé ce jeudi réintégrer l’Apple TV, dont deux versions de l’Apple TV 4K, le Google Chromecast et le Chromecast Ultra.

Les appareils de streaming vidéo avaient disparu du site en 2015 car ils n’étaient pas compatibles avec le service Prime Video mais surtout, ils concurrençaient directement la Fire TV d’Amazon, la gamme de devices Amazon dédiés au streaming vidéo. Depuis, les deux sociétés ne cessent de se tirer dans les jambes sans trouver de terrain d’entente.

La hache de guerre serait-elle sur le point d’être enterrée ? En effet, le retour d’ici quelques jours sur Amazon des appareils Apple et Google pourrait apaiser les tensions entre les deux géants américains et les pousser à trouver une solution. Un porte-parole de Google rassure: «nous sommes en discussions productives avec Amazon pour parvenir à un accord au bénéfice de nos clients mutuels […] Nous espérons pouvoir parvenir à un accord pour résoudre ces problèmes rapidement.»

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
[CONFIDENTIEL] ICO 2014-2018, Snapchat, Facebook, Amazon vs. Google…
Streaming musical: Amazon se positionne face à Spotify
Minée par une aversion croissante au risque, la Tech mondiale ralentit
[Webinar] Les 8 plus grandes erreurs des professionnels de l’ABM et comment les éviter
Cloud: Google tente de combler son retard avec le rachat de CloudSimple
Comment LinkedIn Learning se positionne sur un marché du e-learning en forte croissance
sfr
SFR écope d’une amende record pour délais de paiement excessifs
Copy link