/ InsidersActualitéBusinessTech

[CONFIDENTIEL] PayPal, American Express, Brexit vs. Once, AMF et ICO, USE.HR…

#Bourse: Avec une capitalisation de 86 milliards de dollars, PayPal dépasse American Express à Wall Street

PayPal n’en finit plus de grimper en Bourse. Le géant américain du paiement en ligne, qui a vu son action s’envoler de près de 80°% cette année, vient de franchir un nouveau cap en atteignant les 86 milliards de dollars à Wall Street. Cette capitalisation lui permet de dépasser celle d’American Express, qui s’établit à 82 milliards de dollars. PayPal peut désormais voir plus loin et même se payer le luxe de doubler les banques Morgan Stanley et Goldman Sachs, dont la capitalisation boursière atteint respectivement 93 milliards et 94 milliards de dollars.

Indépendant d’eBay depuis 2015, PayPal a réalisé un chiffre d’affaires de 10,84 milliards de dollars en 2016, en hausse de 17,2%. Dans le même temps, le spécialiste du paiement en ligne a dégagé un bénéfice net de 1,41 milliards de dollars, soit 14% de plus en un an. Cette année, PayPal n’a pas faibli avec notamment une hausse de 54% des paiements mobiles via ses services au troisième trimestre, qui représentent environ 40 milliards de dollars.

#Brexit: Once rentre en France!

De retour au bercail. L’application de rencontre Once créée en 2015 par Jean Meyer, Leo Gruenstein, Guillaume Sempé et Guilhem Duché, avait décidé de se lancer à Londres pour des questions financières et humaines. Ainsi, la start-up a pu recruter une équipe internationale, un atout de taille quand on sait que l’entreprise est présente dans 7 pays. Néanmoins, avec l’arrivée du Brexit et de Macron en France, les fondateurs ont pris une décision radicale, celle de venir s’installer à Paris.

Dans un post de blog, Jean Meyer, explique ce choix par un signal «désastreux» envoyé par le Royaume-Uni depuis le vote du Brexit. Tandis qu’en France, «l’élection du nouveau président a envoyé un signal fort aux entrepreneurs français». Il rajoute que les différents nouveaux décrets concernant le travail l’ont encouragé à revenir. «Les modifications des règles contractuelles de licenciement, le fonctionnement des tribunaux industriels et la modification des politiques de licenciement semblent constituer une véritable garantie en cas de difficultés économiques».

Déjà 16 des collaborateurs se sont installés dans le 8ème arrondissement de Paris. Les 15 autres devraient les rejoindre avant la fin de l’année. Seuls 3 des employés ont refusé de les suivre.

#Cryptominute: l’AMF lance une consultation publique sur les ICO

La position du gendarme français de la Bourse était attendue : l’AMF a publié ce jeudi un communiqué dans lequel il donne son avis sur les ICO (Initial Coin Offerings), qui connaissent depuis un peu plus d’un an un succès fulgurant.

L’Autorité des Marchés Financiers qualifie ces opérations de «risquées» et «réservées à un public averti». Après une étude préliminaire, l’AMF estime que si une partie des ICO observées pourrait relever de dispositions légales existantes (réglementation applicable aux intermédiaires en biens divers, à l’offre au public de titres financiers ou aux gestionnaires de fonds d’investissements alternatifs, notamment), la plupart de ces émissions resterait, en l’état actuel du droit, en dehors de son périmètre.

C’est pourquoi l’AMF lance sa consultation publique, pour recueillir l’avis des professionnels du secteur, jusqu’au 22 décembre. Trois pistes sont envisagées pour encadrer les ICO : guide des bonnes pratiques, extension du champ des textes existants pour appréhender les ICO comme des offres de titres au public ;
législation nouvelle, propre aux ICO. L’AMF annonce aussi dans son communiqué le lancement d’un programme d’accompagnement et de recherche des levées de fonds en actifs numériques, appelé Unicorn.

Pour approfondir le sujet, nous vous recommandons la lecture de la contribution de Florence G’sell qui revient sur le phénomène ICO, et ses risques, comme l’illustre l’affaire Tezos, dont les fondateurs se disputent les 232 millions de dollars levés en juillet 2017.

#Onboarding: USE.HR vous aide à bien intégrer vos nouvelles recrues

Saviez-vous que 22% des recrutements échoueraient à cause d’une mauvaise intégration ? C’est à ce problème que s’attaque USE.HR. Créée par Laurent Balssa (précédemment directeur du développement de FrenchWeb #LaFamiglia) et Thierry Verrecchia, cette solution SaaS a pour vocation à organiser les arrivées, aider à l’intégration de vos collaborateurs et diffuser vos valeurs d’entreprises dès le premier jour. Rendez-vous sur USE.HR pour en savoir plus, avec 3 onboarding offerts.

Laurent Balssa, co-fondateur d’USE.HR

#FrenchTouch: French Morning lève 300 000 dollars pour se lancer en Europe et en Asie

French Morning veut voir plus loin que l’Amérique du Nord. Le magazine en ligne vient de lever 300 000 dollars en equity crowdfunding via MicroVentures, avec l’appui du site de crowdfunding Indiegogo. Pour réaliser cette opération, le média a bénéficié du soutien de 191 investisseurs, avec un ticket moyen de 1 200 dollars, qui ont souscrit pour un montant de 235 000 dollars via la plateforme MicroVentures et 65 000 dollars en direct. Désormais, ces investisseurs représentent 15% des actionnaires de French Morning.

Créé en 2007, le magazine en ligne s’adresse à la communauté d’expatriés français qui cherchent à mieux connaître la culture de leur pays d’accueil tout en continuant à suivre l’actualité de leur pays d’origine. Aujourd’hui, French Morning revendique une communauté de 60 000 lecteurs abonnés avec près de 300 000 visiteurs uniques par mois. Actuellement, le média en ligne couvre six grandes régions américaines.

Cette levée de fonds doit permettre à French Morning de financer son expansion à l’international. Après avoir ouvert une antenne à Montréal en mai dernier, le magazine en ligne prépare son lancement à Londres dans les prochaines semaines. Par la suite, French Morning veut son développement dans d’autres villes du monde dans les mois à venir, principalement en Europe et en Asie.

 

 

Groupe ADSN recherche son Chef de Projet Web AMOA (H/F)

Depuis plus de 30 ans, le Groupe ADSN (Association pour le Développement du Service Notarial), conçoit et développe des produits et services destinés à la profession notariale. Reconnus pour la qualité de nos prestations, notre éthique et notre professionnalisme ; nous savons garantir à nos clients le haut niveau d’exigence qu’ils attendent.

Depuis sa création, le Groupe ADSN a bâti une culture d’entreprise fondée sur la confiance, le partage, le développement des compétences.

Etre Chef de projet Web AMOA au sein de l’ADSN, c’est :

Etre l’interface avec les équipes métiers et techniques, prendre en charge la gestion de différents projets liés à tous les produits digitaux de la société (ergonomie de site internet , …outils numériques, contenus, plans de référencement…).



En savoir plus
Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This