ActualitéArts et Culture

Copie privée: le Conseil d’Etat conforte les ayants droit au détriment des industriels

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Soulagement pour les ayants droit, déception pour les industriels. Saisi par des industriels – dont la société anglaise Research in motion UK  – fin octobre, le Conseil d’Etat a confirmé le 19 novembre les barèmes n°14 et 15 de la copie privée, exception au droit d’auteur qui donne droit à une compensation financière. En effet depuis 1985, lors de l’achat d’un support de stockage  (CD vierge, clé USB, disque dur externe, tablette…) une partie du prix payé par le consommateur rémunère les créateurs, les auteurs, les éditeurs, les artistes-interprètes, les éditeurs et les producteurs. La redevance est récoltée par Copie France. Au 1er janvier 2014, le barème applicable était par exemple: entre 10 et 20 centimes d’euros pour une clé USB, entre 8,40 et 20 euros pour un disque dur externe, etc.

Ainsi en 2013, le système a conduit les acteurs du monde de la culture à percevoir au moins 208 millions d’euros de la part des industriels. Le chiffre varie selon les sources. 25% de cette somme financent des festivals et autres événements culturels, le reste va aux artistes via la SACEM, la SACD, la SPPF, la SCPP.

Apple va devoir verser des millions au monde culturel

Mais les barèmes appliqués faisaient débat depuis des années, étant donné que certains d’entre eux prenaient notamment en compte les effets du piratage alors que la copie privée avait été définie comme compensant la copie des fichiers achetés légalement et réutilisés dans un cadre privé. Le Conseil d’Etat avait donc dans un premier temps invalidé ces barèmes.

Cette fois-ci, l’instance de la place du Palais Royal confirme ce qu’avait mis en place la Commission copie privée. Les industriels qui jusque là refusaient de reverser la contribution de la copie privée aux acteurs culturels, arguant que les barèmes n’étaient pas valables, ne vont désormais plus pouvoir s’y soustraire. C’est le cas d’Apple par exemple.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Un commentaire

  1. « 25% de cette somme financent des festivals et autres événements culturels, le reste va aux artistes directement » : non, certainement pas directement. Sauf erreur, ça va à la SACEM, qui fait la répartition (selon quelle formule ?) et prend sa com au passage.

Bouton retour en haut de la page
Copie privée: le Conseil d’Etat conforte les ayants droit au détriment des industriels
TikTok mise sur les abonnements payants pour s’affranchir de la publicité
Pourquoi Klarna va supprimer 10% de ses effectifs dans le monde
Orange : l’ère Stéphane Richard définitivement terminée
[Nominations] Figaro Classifieds, Sendinblue, Mon Petit Placement… Les nominations de la semaine
[DECODE Quantum] A la rencontre d’Anais Dreau, chargée de recherche CNRS en physique quantique
Dix ans après son entrée en Bourse, Facebook reste incontournable malgré l’image ternie
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media