ActualitéBusiness

[Copie Privée] Le syndicat de l’industrie des Technologies de l’Information saisit le Conseil d’Etat

Le  SFIB, syndicat de l’industrie des Technologies de l’Information, engage un recours devant le Conseil d’Etat contre la dernière décision de la commission copie privée concernant les barèmes applicables aux tablettes numériques.

L’organisation «n’entend pas céder aux décisions d’une instance administrative et aux dérives constatées sans cesse, lesquelles sont contraires au droit français et au droit européen. Il est grand temps de penser à une alternative viable et rénovée. S’il est naturel en matière de copie privée que les ayants droit soient justement rémunérés, encore faut-il que le numérique ne soit pas « la vache à lait » du secteur culturel ».

Une action qui ne tombe pas par hasard et résonne comme un message direct au nouveau gouvernement alors que le SFIB évoque un « immobilisme politique sur ce sujet, attitude jugée incompréhensible par le secteur » et que les taxes pour copie privée ne semblent pas promises à disparaître mais plutôt à s’étendre.

Le syndicat dépose également une Question Prioritaire de Constitutionnalité (QPC) en vue de sa transmission au Conseil Constitutionnel.

Membre du MEDEF et représentant près de 40 000 emplois directs en France, le SFIB assure la représentativité de ses adhérents (ACER, BULL, DELL, HP, IBM, INTEL, LENOVO, NEOPOST, LEXMARK, TOSHIBA, XEROX…) 

 

Bouton retour en haut de la page
[Copie Privée] Le syndicat de l’industrie des Technologies de l’Information saisit le Conseil d’Etat
Comment Block (ex-Square), la FinTech de Jack Dorsey, veut démocratiser le minage de bitcoin
Avec 25,5 milliards de dollars levés en 2021, la Tech londonienne domine l’Europe
[SEED] Stoïk lève 3,8 millions d’euros auprès d’Alven Capital et Kima Ventures pour assurer les PME contre les cyberattaques
Google demande l’annulation d’une amende de 100 millions d’euros reçue de la Cnil pour ses cookies
[Serie A] Unkle lève 10 millions d’euros pour assurer les propriétaires et se porter garant des locataires
Comment Rosaly veut démocratiser l’acompte sur salaire en France