A la uneBusinessCrowdfundingLes levées de fonds

[Crowdfunding] Anaxago lève 2 millions d’euros : «A nous d’évangéliser le marché»

« Ce mode d’investissement n’est pas encore très répandu. A nous d’évangéliser le marché » assure Joachim Dupont, le cofondateur d’Anaxago qui vient de lever 2 millions d’euros auprès d’investisseurs privés, issus principalement des secteurs de la finance et de l’e-commerce, mais aussi d’entrepreneurs. Fondée en février 2012 aux côtés de François Carbone, la plate-forme de financement participatif en capital permet aux internautes de prendre des participations dans les entreprises présentées pour des tickets d’entrée démarrant à 1 000 euros.

Joachim-Dupont-anaxago
Joachim Dupont, le cofondateur d’Anaxago.

Ticket moyen investi : 8 000 euros

La start-up veut désormais défricher le terrain en allant directement à la rencontre des business angels. « Nous allons recruter une dizaine de personnes en 2015, principalement des analystes financiers et des business developpers. Ils prendront en charge les processus d’audit, la relation avec les entreprises et le suivi des participations. Il faut rencontrer les parties prenantes et se déplacer dans les locaux des entreprises. Les investisseurs viennent de plus en plus de toute la France, mais nous avons encore peu de présence en région ».

Côté modèle économique, les projets sélectionnés – à l’issu d’une analyse des dossiers et d’une due diligence – doivent s’acquitter de frais de référencement et de montage du dossier commençant à 1 500 euros hors taxes et de frais de closing (honoraires d’avocat et certification de bonne conformité d’opération) de 3 500 euros. A cela, s’ajoute une commission de 5% sur les montants levés.

Aujourd’hui, la plate-forme compte 30 000 membres inscrits, dont 2 000 investisseurs « actifs » (c’est à dire qui ont investi dans un projet, même si celui-ci n’a pu être financé en totalité). Les prises de participation s’élèvent en moyenne à 8 000 euros, et les levées de fonds sont de 300 000 euros en moyenne. Mais les disparités sont importantes : de 100 000 euros pour la plus petite opération, à 1,8 million pour la plus importante. «  Au final, 8 millions d’euros ont déjà été investis sur Anaxgo, dont 6 millions depuis le début de l’année » selon M. Dupont.

Levées de fonds en série dans le secteur

Aussi, une bouffée d’air frais venant de Bercy devrait permettre de poursuivre la marche entamée. La société a obtenu la semaine dernière le statut de « conseiller en investissements participatifs », délivré par l’Autorité des marchés financiers, depuis l’entrée en vigueur des décrets d’application sur l’encadrement de l’activité du crowdfunding le 1er octobre. « Ce statut crée une barrière à l’entrée et évangélise le marché en même temps ». Car la jeune pousse n’est pas seule et doit compter sur la présence de Wiseed, qui a récemment bouclé un tour de table de 1 million d’euros auprès de ses propres utilisateurs, Sowefund ou encore de SmartAngels qui a lui aussi reçu 1 million d’euros. Alors, pour élargir ses activités, Anaxago a lancé cette année une interface entièrement dédiée à l’immobilier à l’instar de Lymo qui a levé 500 000 euros en février. Près de 2 millions d’euros ont été investis assure-t-on chez Anaxago.

« Au même titre qu’il y a un equity gap (la partie dans la chaîne de financement qui n’est pas ou peu satisfaite, ndlr) des start-ups, il y a un equity gap chez les promoteurs immobiliers à qui les banques demandent de plus en plus de fonds propres pour leurs projets. Nous voulons donc créer une source de financement alternative en ciblant les acteurs de petite à moyenne tailles ». Pour se faire connaître dans ce secteur que les fondateurs connaissent peu, Anaxago a noué un partenariat avec SFS, un spécialiste de l’assurance construction, pour faire sa promotion et s’intégrer à l’écosystème. Il apporte également son aide dans l’analyse des dossiers et leur assurance.

Cap sur l’immobilier

La société propose aussi en annexe un service pour éditer une plate-forme de crowdfunding en marque blanche, personnalisable et gérée via un système de gestion de contenu (CMS), à l’instar de

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Crowdfunding] Anaxago lève 2 millions d’euros : «A nous d’évangéliser le marché»
TousAntiCovid : enfin l’heure du vrai démarrage pour l’application de contact tracing du gouvernement ?
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat
Facebook
Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe
Retail: à l’approche des fêtes, quelle réponse face à l’évolution des tendances d’achats?
Comment Foncia accélère sa transformation numérique ?
Quand la présidentielle américaine se joue sur Twitch