A la uneRetail & eCommerce

Deliveroo va tester en France la cuisine partagée en marque blanche

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Deux ans que Deliveroo roule dans les villes France, tout en menant un vrai bras de fer avec l'autre acteur de la livraison de repas à domicile; son rival dans l'Hexagone, Uber Eats. Après deux ouvertures à Reims et à Tours, le Britannique est désormais présent dans 17 villes françaises. Il revendique 3 000 restaurants (contre plus de 1 000 pour Uber Eats) et 7 000 coursiers, un chiffre «en forte progression», souligne Hugues Décosse, general manager France. 

Mais là où la différenciation par rapport aux autres concurrents tels Foodora est difficile à apporter, Deliveroo veut être au plus prêt des attentes du marché. En 2016, lors de sa dernière levée de fonds de 275 millions de dollars, il teste au Royaume-Uni un nouveau système de cuisine partagée en marque blanche. Concrètement, le Britannique a identifié une demande de consommateurs dans les zones péri-urbaines, là où les restaurants de quartiers se font rares. Pour servir cette clientèle, il met à disposition de ses restaurants partenaires une cuisine. «Cela leur permet d'élargir leur zone de chalandise, ou d'honorer des commandes sur des opérations spéciales par exemple», explique la marque. Deliveroo France sélectionne actuellement ses zones de tests pour les cuisines de ses «Roobox», (roo pour le kangourou, son logo).

Alors qu'Uber revendique un ADN de «logisticien» des algorithmes, Deliveroo -qui va tout de même embaucher 300 ingénieurs à Londres- met en avant la qualité de ses restaurants partenaires. Il signe d'ailleurs des contrats d'exclusivité avec certains d'entre eux pour «amener les pépites de quartier» et s'assurer les «must have». 

Reste que Deliveroo prélève une commission non négligeable sur chaque livraison, entre 25% et 30%. «C'est beaucoup», confie à FrenchWeb un restaurateur qui réfléchit à mettre fin au deal. «Nous comptons arrêter notre partenariat. Nous avons trop de retours sur des erreurs de livraison et, du coup, des remboursements à effectuer. La venue des livreurs vide aussi notre restaurant en salle, ce que nous regrettons», ajoute-t-il. De son côté, Deliveroo assure faire croître de «20% le chiffre d'affaires», uniquement grâve aux livraisons des kangourous verts. 

Fondateurs : William Shu, Greg Orlowski

Date de création : 2013

Siège : Londres

Effectifs : 100 en France (1 600)

Levée de fonds: 475 millions de dollars au total.

Bouton retour en haut de la page
Deliveroo va tester en France la cuisine partagée en marque blanche
[Série B] BNPL : Hokodo lève 37 millions d’euros pour sa solution B2B
[Seed] la marketplace des artisans d’art, Meillart, accueille Thibaud Elzière à son capital
[Série A] Onepilot lève 15 millions d’euros pour déployer sa solution de support client
[Seed] Acquisition client : Sqwad lève 3 millions d’euros pour soutenir les DNVB
[Série A] Castor lève 23,5 millions de dollars auprès de Blossom Capital
[Série A] Blockchain : Arianee lève 20 millions d’euros auprès de Tiger Global

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media