ActualitéAsieFinTechTech

Des chercheurs chinois inventent le distributeur de billets à reconnaissance faciale

Quel meilleur moyen de sécuriser une carte bancaire que d’y associer le visage de son propriétaire en plus du code à 4 chiffres ? C’est sur cette innovation que s’est penchée une équipe de chercheurs et d’ingénieurs chinois. Issus de l’université Tsinghua de Pékin et de la société Tzekwan Technology, ils ont présenté fin ami un distributeur automatique de billets capable d’identifier le faciès, rapporte le site chinois Finance people.

A l’aide de caméras et d’un logiciel de reconnaissance faciale intégré, cette machine compare le visage de l’utilisateur avec la photo d’identité fournie, au préalable, à sa banque. Elle ne délivre pas d’argent si les deux ne correspondent pas. Ainsi, les voleurs de cartes bancaires ne pourront pas retirer d’argent quand bien même ils aient eu connaissance du code y étant associé. En Chine, la fraude à la carte bancaire coûte des dizaines de millions d’euros aux banques chaque année.

Les premières machines de ce type devraient être installées à Hangzhou à 200 kilomètres au sud-ouest de Shanghai, dans les banques et bureaux de police locaux, afin de lutter contre le vol de cartes bleues. Avant d’être déployé à grande échelle, le système doit cependant recevoir l’approbation de l’autorité de certification chinoise. Des tests sont en cours.

D-FWDAY-fintech-2015-650x400

Frenchweb organise une journée «Frenchweb Day Fintech». Participez à l’événement en cliquant ici.

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Des chercheurs chinois inventent le distributeur de billets à reconnaissance faciale
Bourse: comment choisir son broker pour investir depuis son smartphone
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler