ActualitéTech

Des ex-ingénieurs de Cisco propulsent la start-up PlumGrid

Les anciens ingénieurs de l’équipementier américain Cisco devraient faire parler d’eux. Une poignée d’entre eux a, en effet, développé une nouvelle start-up baptisée PlumGrid.

La jeune pousse s’inscrit sur le nouveau marché du Software-Defined Networking (SDN) qui devrait complètement bouleverser la manière dont les entreprises construisent leurs réseaux. Il s’agit, en effet, d’un nouveau paradigme d’architecture réseau où le plan de contrôle est détaché du plan de données. De quoi offrir aux entreprises, de plus en plus adeptes du cloud computing, beaucoup plus de flexibilité à des coûts plus attractifs. Ce concept propose, en effet, de faire abstraction des équipements réseaux et de les diriger depuis une API et un protocole de communication.

PlumGrid a déjà levé 11 millions de dollars (8,5 millions d’euros) auprès de Hummer Winblad Venture Partners et US Venture Partners et devrait tirer son épingle du jeu grâce aux nombreux partenariats déjà noués. Parmi eux : A10 Networks, Arista Networks, Broadcom, Check Point Software, Citrix, ou encore F5 Networks et Palo Alto Networks pour n’en citer que quelques uns.

D’après les récentes estimations du cabinet IDC, le marché du Software-Defined Networking devrait peser 4 milliards de dollars (3,1 milliards d’euros) à l’horizon 2016.

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Des ex-ingénieurs de Cisco propulsent la start-up PlumGrid
Accenture s’apprête à acquérir le cabinet OpusLine pour se renforcer dans la santé
HR Tech: les annonces qu’il ne fallait pas manquer depuis juin
Puces informatiques: dans un secteur en ébullition, AMD acquiert Xilinx pour 35 milliards de dollars
Vinted poursuit sa conquête de l’Europe avec le rachat de son concurrent United Wardrobe
Comment réussir son entretien en visio?
Médias: les Français moins enclins à payer pour s’informer que la moyenne mondiale