ActualitéBusinessLes levées de fonds

Doctrine.fr lève 10 millions d’euros sur fond de polémique (MAJ)

MAJ le 2 juillet 06h34

Fondée par Antoine Dusséaux, Nicolas Bustamante, Raphael Champeimont, Doctrine s’attaque au marché très prisé de l’information juridique à destination des professionnels. La société a été créé en parallèle de la loi pour une République numérique favorable à l’ouverture des données publiques à l’automne 2016. Une véritable révolution dans l’open data qui rencontre bien entendu de fortes réticences.

Aux cotés de services comme Légifrance, Doctrine veut proposer un moteur de recherche le plus performant possible donnant accès en des temps records à des décisions de justices. Doctrine propose également des services de « legal intelligence » permettant par exemple de suivre l’activité juridique d’une entreprise.

Après une première levée de fonds de 2 millions d’euros à l’automne 2016, Doctrine.fr annonce un nouveau tour de table de 10 millions d’euros, auprès de ses deux investisseurs historiques, Otium Capital et Kima Ventures.

L’entreprise qui compte une cinquantaine de collaborateurs ambitionne une forte croissance et recruter 160 personnes dont des data scientists spécialisés dans le juridique pour améliorer ses développements en matière d’intelligence artificielle.

Enfin Doctrine revendique un millier d’organisations utilisant au quotidien son moteur de recherche.

L’annonce de cette levée de fonds intervient au même moment d’une affaire de typosquatting, révélée par nos confrères du Monde dans un article intitulé Piratage massif de données au tribunal

Selon les informations du Monde, les greffes des tribunaux auraient reçus des milliers de mails provenant de faux expéditeurs, utilisant des adresses faisant référence aux noms de grands cabinets d’avocats ou encore d’AvocatLine, un service de messagerie destiné aux avocats et professions juridiques. Hors le nom de domaine Avocatlime.fr aurait été déposé par une société anglaise « Legal Nemesis Limited » dont les actionnaires ne sont autres que Antoine Dusséaux, Nicolas Bustamante, Raphael Champeimont ainsi que The Family (Legendary) Limited. The Family est l’un des actionnaires présent au 1er tour de Doctrine.fr

Nous avons interrogé à ce sujet Nicolas Bustamante, le Président de Doctrine.fr, qui nous répond « Nous allons nous renseigner en interne mais l’accusation de piratage est erronée, puisque l’accès au décision de justice est un principe du droit.

Nous allons examiner la façon dont ces demandes ont été faites. Néanmoins, les demandes de décisions auprès des greffes des tribunaux sont légales – tous les éditeurs juridiques en font, mais aussi des particuliers – et permettent à nos clients d’avoir accès à une jurisprudence indispensable à leur activité. » Une réponse qui n’aura pas manqué de nous surprendre.

Nous avons également contacté Alice Zagury, Présidente de The Family, notre mail est resté sans réponse.

Pour sa part Otium Capital, qui lead les deux tours d’investissement, nous renvoit vers le Président de Doctrine pour toute information à ce sujet.

Jean de la Rochebrochard, qui dirige Kima Ventures, le fonds « Startup de Xavier Niel » est plus prolixe: « Ce n’est pas surprenant qu’un groupe mis en danger par une startup qui fait bien son travail décide de montrer les gros bras et d’embaucher des cabinets de lobbying au lieu de bosser sur leur produit au service de leur client.

Les demandes de décisions auprès des greffes des tribunaux sont légales. Et on ferait mieux des les aider via l’execution des initiatives d’open data dont on parle tant plutot que de lancer des faux débats… »

Contactée par la rédaction, Christiane FERAL-SCHUHL Présidente du Conseil national des barreaux nous indique que le dossier est en cours et a partagé sa position via twitter

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Share This