Recruter
ActualitéAmérique du nordBusinessFoodTechInvestissementsLes levées de fonds

DoorDash, géant américain de la livraison de repas, sur le point de lever 500 millions de dollars

Le montant

La start-up californienne DoorDash, spécialisée dans la livraison de repas, est en passe de boucler un tour de table de 500 millions de dollars, selon le Wall Street Journal. Si l’opération se confirme, elle porterait la valorisation de la licorne américaine au-delà des 6 milliards de dollars, voire à hauteur de 7 milliards de dollars. 

Ce tour de table serait mené par le fonds souverain singapourien Temasek, selon une source proche du dossier citée par le quotidien américain. Pour rappel, GIC, un autre fonds souverain singapourien, est déjà un investisseur dans la pépite de la FoodTech américaine.

L’an passé, DoorDash a levé pas moins de 785 millions de dollars. Lors de son dernier tour de table, en août dernier, la société californienne avait levé 250 millions de dollars. A cette époque, elle était alors valorisée à 4 milliards de dollars. 

En 2018, l’entreprise américaine a notamment été soutenue par le groupe japonais SoftBank. Ce dernier investit également dans Uber, qui développe le service concurrent Uber Eats. La double position du géant japonais a le don d’agacer quelque peu les investisseurs de la plateforme de VTC, qui ne voient pas d’un bon oeil l’apport financier de SoftBank dans DoorDash. Mais aux yeux de la firme nippone, le marché est suffisamment grand pour contenir plusieurs acteurs à succès. Outre SoftBank, la société américaine compte également Y Combinator, Sequoia Capital, Kleiner Perkins ou encore Khosla Ventures parmi ses investisseurs. Ces derniers lui ont permis de lever près d’un milliard de dollars au total depuis sa création.

Le marché

Fondée en 2013 par Andy Fang, Evan Moore, Stanley Tang et Tony Xu, DoorDash est l’un des principaux services de livraison de repas outre-Atlantique. A ce jour, la société opère dans plus de 1 000 villes à travers les États-Unis et le Canada. En ce début d’année, elle est ainsi devenue la première entreprise du secteur à être présente dans les 50 États américains. 

Actuellement, DoorDash détient une part de marché d’environ 18% aux États-Unis, selon Edison Trends Report. Cependant, la société reste toujours derrière Uber Eats et Grubhub qui dominent actuellement le marché. Grubhub reste le leader avec une part d’environ 34% sur le marché américain. Au troisième trimestre 2018, ce dernier a affiché la meilleure croissance de ses revenus en quatre ans. Selon Statista, environ 17 milliards de dollars de repas ont été commandés en ligne et livrés l’an passé aux États-Unis. Le marché devrait peser plus de 25 milliards de dollars à l’horizon 2024.

Cette année, deux des rivaux de DoorDash ont prévu de faire leur entrée en Bourse à Wall Street. Le premier, Uber, a déployé son service de livraison de repas Uber Eats dans plus de 300 villes à travers le monde, tandis que le deuxième, Postmates, a levé 100 millions de dollars en janvier et opère désormais dans plus de 550 villes outre-Atlantique. 

Pour tirer son épingle du jeu face à la concurrence, DoorDash a étendu ses activités pour livrer des produits d’épicerie, un segment occupé notamment par Amazon et Instacart. Dans ce cadre, la société américaine a noué un partenariat avec Walmart. Elle songe également à s’ouvrir à la livraison d’alcool et de produits de supermarchés. Par ailleurs, DoorDash s’est allié à General Motors en début d’année pour tester la livraison de repas par des voitures autonomes.

Les objectifs 

Ce financement doit permettre à la start-up basée à San Francisco d’accélérer son développement pour grappiller des parts de marché à Grubhub et Uber Eats. Bien implantée aux États-Unis, la société américaine pourrait également être tentée par une percée au-delà de l’Amérique du Nord pour doper sa croissance.

DoorDash : les données clés

Fondateurs : Andy Fang, Evan Moore, Stanley Tang et Tony Xu
Création : 2013
Siège social : San Francisco
Activité : livraison de repas
Financement : 500 millions de dollars en février 2019

Tags
Plus d'infos

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This