Arts et CultureTech

Dropbox va-t-il bientôt marcher sur les terres d’Evernote et de Google Docs ?

On connaît Dropbox pour son service de stockage et de partage de documents dans le cloud. Mais la société californienne pourrait bientôt étendre ses services avec Composer, un outil apparu quelques instants sur le site Product Hunt, qui répertorie les nouveautés disponibles.

Le service se présente comme une application collaborative de prises de notes entre plusieurs membres qui souhaitent se réunir sur un même projet. Avec cette nouvelle offre, Dropbox pourrait se positionner face à des acteurs comme Google Docs ou Evernote, qui permettent eux aussi à plusieurs personnes de travailler sur un même document en hébergeant les fichiers dans le cloud.

Se renforcer sur le B2B

Ainsi, Dropbox proposerait non seulement un espace de stockage de fichiers – son offre de base – mais aussi des outils d’édition et de création de fichiers. Il y a un an, la société basée à San Francisco avait acquis Hackpad, une start-up qui éditait une plate-forme de travail collaboratif.

En décembre, Dropbox avait également lancé « Poject Hamorny », afin de faciliter l’édition de documents de la suite Microsoft Office (Word, Excel…). Une façon de séduire les entreprises et renforcer son positionnement B2B.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Dropbox va-t-il bientôt marcher sur les terres d’Evernote et de Google Docs ?
google
Alphabet, la maison-mère de Google, lance une filiale dédiée aux logiciels pour la robotique
RGPD: la Cnil condamne le groupe de protection sociale AG2R à une amende de 1,5 million d’euros
Open source: la startup lilloise Gravitee.io lève 9 millions d’euros auprès d’AlbionVC et Oxx
3 questions sur les logiciels espions, « capables de voir tout ce qui s’affiche sur nos écrans »
Face à l’augmentation des cyberattaques, un dispositif mis en place pour les patrons de TPE et PME
JO de Tokyo: la technologie pourra-t-elle compenser l’absence de public?