ActualitéAmérique du nordBourseBusinessInvestissementsTech

Dropbox veut lever 500 millions de dollars lors de son IPO

Les choses se précisent à Wall Street pour Dropbox. L’entreprise américaine, qui développe un service de stockage en ligne, a en effet déposé son dossier d’introduction en Bourse auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), l’autorité américaine des marchés financiers. D’après le document fourni par Dropbox aux autorités boursières américaines, la société cherche à lever jusqu’à 500 millions de dollars lors de son entrée en Bourse sous l’indice Nasdaq pour une valorisation comprise entre 7 et 8 milliards de dollars. L’opération devrait être réalisée au cours des prochaines semaines.

A l’occasion du dépôt de sa notice d’IPO, Dropbox a révélé plusieurs indicateurs financiers. Ainsi, le service de stockage en ligne a concédé une perte de 111,7 millions de dollars en 2017. Celle-ci tend cependant à se réduire progressivement puisque l’entreprise avait perdu 210,2 millions de dollars en 2016 et 326 millions de dollars en 2015. Quant au chiffre d’affaires de la société, il s’élève à 1,11 milliard de dollars en 2017, contre 844,4 millions de dollars un an auparavant. Disposant d’une réserve de 430 millions de dollars en trésorerie, Dropbox estime être en mesure de convertir 300 millions d’utilisateurs vers des offres payantes.

500 millions d’utilisateurs dans 200 pays,
dont 11 millions d’utilisateurs payants

Fondée en 2007 par Drew Houston et Arash Ferdowsi, Dropbox a développé un service permettant à ses utilisateurs de stocker des photos et d’autres fichiers dans le cloud, en les rendant de facto disponibles à partir de n’importe quel ordinateur ou appareil mobile. Disponible en 20 langues, Dropbox revendique plus de 500 millions d’utilisateurs dans 200 pays, dont 11 millions d’utilisateurs payants. La société affirme également que 200 000 entreprises et organisations utilisent son service. A l’international, elle dispose de 13 bureaux (San Francisco, New York, Washington, Seattle, Austin, Paris, Londres, Amsterdam, Dublin, Hambourg, Tokyo, Sydney et Herzliya).

S’adressant initialement à une clientèle grand public, la société basée à San Francisco a pivoté pour se concentrer sur la vente de son service cloud aux grandes entreprises, ce qui lui a permis d’accroître ses revenus. En parallèle, Dropbox a réduit ses coûts grâce à la construction de data centers plutôt que de compter sur les infrastructures cloud d’Amazon Web Services. Sur le marché du stockage en ligne, Dropbox doit affronter Box, qui a fait son entrée en Bourse en 2015. Toutefois, Dropbox tentera de ne pas imiter son rival dans la mesure où Box a perdu 40% de sa valeur marchande durant l’année de son IPO.

Tags
Plus d'infos

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer