ActualitéEuropeRetail & eCommerceTech

[E-commerce] Les infos à ne pas rater: 18% des paiements en ligne se font via mobile, Mappy mise sur le web-to-store…

mappy-logo 2Mappy se met au web-to-store. La plate-forme de cartographie et d’informations géo-localisées de Solocal group vient de lancer MappyShopping. Elle ajoute un nouveau service à son offre: la recherche de produits, suite à un partenariat conclu avec SoCloz. Les internautes verront l’état de disponibilité des articles et la position des points de vente le(s) plus proche(s) pour se les procurer.

walmartLe distributeur américain Walmart a dit prévoir investir 1,5 milliard de dollars dans l’e-commerce sur l’année fiscale prenant fin en janvier prochain. L’enveloppe précédente avait été d’1 milliard de dollars. L’enseigne prévoit d’investir davantage dans le digital que sur l’exercice précédent mais va en revanche restreindre le montant de ses investissements dans le monde physique.

Woman paying with NFC technology on mobile phoneD’après un Index publié par Adyen portant sur la période allant de juillet à septembre 2014, 18% des transactions en ligne ont été réalisé via mobile en France sur la période étudiée. La France est 4e sur le plan européen. Le Royaume-Uni (41%) puis les Pays-Bas et l’Espagne (26%) arrivent en tête. L’Allemagne est derrière la France avec 16% des transactions en ligne  réalisées via mobile au troisième trimestre 2014. Au niveau mondial, les paiements sur appareils mobiles ont représenté 23,3% du total des paiements en ligne sur la période, contre 21,5% au deuxième trimestre.

Amazon serait devenu le premier site d’e-commerce en France en volume d’affaires (marketplace incluse) sur la période allant de janvier à aoput 2014 selon un classement établi par PricewaterhouseCoopers et Toluna pour LSA publié le 17 octobre. Il est talonné par CDiscount, puis Darty, la Fnac, Auchan et Carrefour. eBay n’arrive qu’à la 15ème place, en recul de 2 places.

 

course-depart-chaussure-sportL’enseigne d’articles d’activités sportives Go Sport vient d’ajouter une rubrique marketplace à son site e-commerce. Les marques et distributeurs peuvent désormais l’utiliser pour commercialiser directement leurs produits, sans qu’ils ne soient forcément sélectionnés par Go Sport. « Nous espérons dépasser très rapidement les 100 000 références disponibles » a fait savoir Rachid Charki, directeur e-commerce de l’enseigne.

Georges: c’est le petit nom du service de stylisme qu’a lancé Menlook la semaine dernière. Une fois qu’il a créé son profil en ligne, le consommateur  se voit proposé un rendez-vous téléphonique avec un styliste, charger de faire correspondre ses goût avec son budget. Un colis contenant 10 à 15 articles lui correspondant lui est envoyé. Il peut alors les essayer et conserver et payer que ceux qui lui conviennent. La livraison et le retour des articles non acheté est gratuite pour le client.

 

  • replay-cassetteRakuten lance sa marketplace au Royaume-Uni Le groupe japonais vient de lancer  Rakuten.co.uk et étend ainsi sa présence en Europe. En savoir plus
  • Solendro lève 1 millions d’euros La société de vente en ligne de sous-vêtement masculin annonce ce 23 octobre une levée de fonds d’ un million d’euros, dont 750 000 euros auprès du fonds d’investissement Breega Capital et 250 000 euros auprès de Business Angels. En savoir plus

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Tags

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[E-commerce] Les infos à ne pas rater: 18% des paiements en ligne se font via mobile, Mappy mise sur le web-to-store…
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link