ActualitéRetail & eCommerceRussie

E-commerce: Ozon lève 150 millions de dollars

L’Amazon russe a convaincu deux apporteurs de capitaux: Sistema, la plus grande holding diversifiée cotée russe, et sa filiale Mobile TeleSystems.

Maëlle Gavet la PDG de l’e-commerçant russe Ozon a choisi Twitter pour annoncer la nouvelle: le groupe vient de boucler la levée de 150 millions de dollars.

 

L’opération constitue la plus importante levée de fonds de l’Internet russe connue à ce jour. Une belle victoire pour cette Française en poste à Moscou. Les fonds proviennent de Sistema, la plus grande holding diversifiée cotée russe, ainsi que de sa filiale l’opérateur télécoms Mobile TeleSystems (MTS). Ces fonds devraient accompagner le développement des différentes sociétés de la Holding Ozon: OZON.ru, OZON.travel, O-Courier, Sapato.ru et Solutions OZON.

Ozon.ru, c’est l’équivalent d’Amazon en Russie. Il s’en est d’ailleurs largement inspiré lors de sa création à la fin des années 1990. Mais face à la lenteur de la Poste russe, Ozon a pour sa part pris le décision de créer son propre système de distribution avec des points de retrait dans 87 villes, comme le rapportait 100 millions de dollars (soit 72,5 millions d’euros) auprès de quatre fonds d’investissement. L’an dernier, l’e-commerçant a enregistré un chiffre d’affaires de 750 millions de dollars, en progression de 50% sur un an.

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
E-commerce: Ozon lève 150 millions de dollars
coinbase
Cryptomonnaies: Coinbase prépare une entrée en Bourse historique
GAFA et médias: l’accord entre l’Australie et Facebook va-t-il inspirer d’autres pays?
Blockchain : Sorare lève 40 millions d’euros auprès de Benchmark, Accel, Partech et Antoine Griezmann
5G: Ericsson veut recruter 300 personnes pour renforcer son centre de R&D en France
[Webinar] Pourquoi la DSI serait-elle la dernière à se digitaliser?
Uber
À Paris, des chauffeurs dénoncent une volonté d’imposer une « loi Uber en Europe »