ActualitéBusinessEuropeInvestissementsLes levées de fondsStartupTransport

En Voiture Simone, 2 millions d’euros pour casser les prix du permis de conduire dans toute la France

Le montant

La start-up parisienne En Voiture Simone, qui développe une auto-école en ligne, a bouclé un premier tour de table de 2 millions d’euros auprès de Crédit Agricole Innovations et Territoires, Supernova Invest et Amundi Private Equity Funds.

Le marché

Fondée en 2015 par Edouard Rudolf et Edouard Polese, En Voiture Simone, profitant de la loi Macron qui a libéralisé le secteur des auto-écoles, a conçu une plateforme visant à rendre le permis de conduire plus accessible pour les Français. Dans ce sens, le service se positionne en véritable alternative aux auto-écoles traditionnelles en proposant une offre à 749 euros, plus abordable pour les Millennials, contre 1 780 euros en moyenne en France. Pour se rémunérer, la start-up prélève une commission sur chaque réservation de cours.

La plateforme d’En Voiture Simone permet au candidat d’apprendre le code de la route à domicile, aussi bien sur ordinateur que sur mobile. Une fois le code en poche, le candidat peut réserver ses leçons de conduite avec l’enseignant de son choix, diplômé d’État, à proximité de son domicile. La société propose des leçons de conduite 7 jours sur 7, de 7 heures à 23 heures.

A ce jour, plus de 67 000 candidats ont opté pour cette solution afin de passer leur permis de conduire sans agence physique. Ces derniers sont épaulés par 150 enseignants partenaires dans cinq agglomérations françaises (Paris, Lyon, Lille, Bordeaux et Toulouse). En Voiture Simone revendique un taux de réussite de 76% à l’examen du permis de conduire. Chaque année, 1,3 million de candidats se présentent à cet examen, qui est le plus passé en France devant le baccalauréat.

D’autres acteurs français ont également lancé une auto-école en ligne pour casser les coûts du permis. Parmi eux, on retrouve notamment PermiGo, Ornikar ou encore Lepermislibre.

Les objectifs

Avec ce tour de table, En Voiture Simone prévoit d’accélérer le développement de son produit au travers de deux applications mobiles : la première pour l’élève, pour qu’il puisse avoir accès plus facilement, y compris hors-ligne, à ses cours et son planning de leçons, et la seconde pour l’enseignant, afin de mieux organiser son planning. Dans le même temps, la start-up poursuivra son expansion dans l’Hexagone avec l’ambition de couvrir l’ensemble des grandes agglomérations françaises d’ici fin 2018. Pour cela, la société compte renforcer ses effectifs, notamment ses services «Support», «Enseignants», «Développement informatique» et «Marketing».

REVOIR l’interview d’Edouard Rudolf, co-fondateur et CEO d’En Voiture Simone, réalisée par FrenchWeb en septembre 2016 :

En Voiture Simone : les données clés

Fondateurs : Edouard Rudolf et Edouard Polese
Création : 2015
Siège social : Paris
Activité : auto-école en ligne
Financement : 2 millions d’euros en février 2018

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

6 thoughts on “En Voiture Simone, 2 millions d’euros pour casser les prix du permis de conduire dans toute la France”

  1. L’article oublie de dire le nombre de ces auto école qui font faillite comme Permigo qui a mis sur le carreau de nombreux candidats au fameux permis et qui, suite à leur reprise et mal grès les promesses, refont payer les candidats afin de terminer leur formation. Donc renseignez vous correctement sur l’auto école de votre choix et pensez que l’on a ce pour quoi on paye.

  2. Il serait bien que les journalistes se renseignent en faisant leur taf

    Les auto école en ligne ont un tôt de réussite de moins de 1% chiffres vérifiable auprès des préfectures.
    Tout cela n est qu un ramassis de vendeur de tapis qui ne fonctionnent même pas car ils sont besoin de levée de fond pour continuer à vivre.

    1. Mon cher Laurent,

      Vous avez le droit d’avoir votre avis, mais certainement pas de nous dire ce que nous devons faire ou pas. Quant à vos chiffres de quoi parlez vous? quels en sont la source?

      Cordialement.

  3. Le problème avec ces  » casseurs » de prix c’est qu’ils s’attaquent à une profession réglementée par le code de la route qui interdit aux enseignants de la conduite de donner des cours contre des honoraires. Il faut qu’ils soient employés par une auto école qui seule peut obtenir un agrément pour faire payer cette formation. Le matériel (la voiture entre autres ) doit appartenir à l’auto-école. La convention collective concernant cette profession interdit de faire travailler les enseignants le dimanche.
    Alors EVS fait une levée de fond pour avoir la trésorerie nécessaire pour casser le prix d’une heure de conduite mais ça ne change rien sur ce que coûte une heure de conduite en charge sociales, en assurance, en carburant, en impôts, en salaire et en promotion donc, ça va durer le temps qu’il faudra mais ce système va s’effondrer de lui-même et le crédit agricole ne les laissera pas s’en tirer comme tous les petits malins qui déséquilibrent des marchés à coup de levées de fond. Mais ça, EVS ne l’imagine même pas

  4. Ils cassent les prix en etant sous perfusion … en esperant tuer rapidement la concurence pour garder le monopole … ces low cost ne respectent aucune regle … je serais curieux de connaitre l opinion de juges si il arrivait un accident grave et qu un avocat se saisissait de l affaire … cote pedagogique il n y a aucun suivi … de plus les dirigeants de ces entreprise devrait aussi penseer au travail au black de ses employes …. rien ne va dans l interet des eleves …. surtout que pour la plupart il ne dispose pas de garantie financiere pour leurs eleves …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This