Actualité

Et si l’avenir de la rencontre online se jouait dans la vraie vie ?

Meetic, Attractive World, Gleeden, AdopteUnMec, Mektoube, Geekmemore….  Les sites de rencontres en ligne ne cessent de se multiplier depuis 2001. En France, près de 6M de célibataires auraient recours à ces services online. Des millions de personnes qui collectionnent souvent de nombreuses déceptions, après parfois plusieurs semaines de discussions online. Face à un secteur hyper concurrentiel, certains acteurs ont donc fait le choix de se différencier pour mettre l’accent sur les rencontres réelles, immédiates et articulées autour de véritables activités.

Bref, l’idée est de mettre fin à l’apologie des algorithmes pour remettre au goût du jour les réactions chimiques, propres aux premiers rendez-vous.

Ils sont peu nombreux et leur nombre d’utilisateurs restent encore quelques fois confidentiels, mais ces nouveaux sites de rencontres pourraient bien tirer leur épingle du jeu en surfant sur une nouvelle tendance qui mixe le online au offline. Décryptage.

« Vous allez préférer la réalité ». Voici la baseline de Voyons nous. Imaginée par Michel Centeno et Samuel Fourdinier, cette nouvelle plateforme revendique « un positionnement véritablement différent des autres sites de rencontres. » Lancée en juillet dernier, elle propose à ses utilisateurs uniquement des rencontres réelles.

Concrètement, le membre complète, dans un premier temps, un questionnaire confidentiel sur sa personnalité. Il propose ensuite un rendez-vous autour d’une activité. Grâce à un algorithme, la plateforme sélectionne les profils de 10 célibataires qui correspondent le plus à son caractère et à ses envies. A partir de cette liste, l’internaute choisit enfin avec qui il souhaite partir en rendez-vous. Les deux prétendants discuteront donc ensemble pour la première fois en face à face.

Les deux co-fondateurs de Voyons nous sont partis du principe que les sites de rencontres 100% online étaient à l’origine de nombreuses déceptions auprès des internautes après, parfois, plusieurs semaines de discussions online. Un constat qui en fait appel à un autre : la perte de temps « et notamment auprès des cadres », précise Michel Centeno. En articulant la rencontre autour d’une activité et de centres d’intérêts communs, Voyons Nous augmente donc les chances d’une véritable affinité entre les deux célibataires. Et, au pire, les deux intéressés se rendent compte rapidement d’un possible avenir ou non.

Pour l’heure, le site est gratuit mais devrait prochainement pivoter sous un modèle freemium dès les 2000 inscrits atteints. Voyons nous revendique aujourd’hui 1300 membres et plus de 200 propositions de rendez-vous envoyées. Uniquement disponible en région parisienne, la plateforme compte se développer dans les plus grandes agglomérations françaises et se décliner sur mobile.

Original, le concept imaginé par nos deux Frenchies n’est toutefois pas nouveau. Cette tendance a déjà pris une certaine ampleur outre-Atlantique avec le site How About We. Fondée en février 2010 par deux anciens profs, la plateforme repose sur le même principe. En novembre 2011, la start-up a levé 15M $, après avoir réalisé un premier tour d’amorçage de 3,2M $. Fin 2011, plus de 400 000 propositions de « dates » avaient déjà été postées sur la plateforme, qui compte aujourd’hui près de 40 000 fans sur Facebook.

Fort de son succès, le site a rapidement fait quelques émules en France. On retrouve par exemple le site HereWeDate. Lancé en mars dernier, il s’agit d’un véritable Copycat de l’américain How about we. Sur le même fonctionnement, le site propose aux internautes de se retrouver autour de différentes activités, en groupe ou en simple tête à tête. Gratuit, HereWedate revendique aujourd’hui quelques 1500 utilisateurs.

Dans le même esprit, on retrouve également le site Diwi, lancé par les fondateurs du site Viedemerde. Pour l’heure, la plateforme ne regroupe que quelques centaines de membres. Selon le fondateur de Voyons nous, il ne s’agit pas, en outre, d’un concurrent frontal puisque leur cible principale reste très jeune comparée à la leur. Sur Diwi, les utilisateurs ne manquent pas en revanche d’imagination et multiplient les invitations complètement décalées.

Moins axé sur le thème de la rencontre amoureuse, mais totalement en ligne avec le concept, on retrouve le site OVS (On Va Sortir). Lancé en 2007 par Jérémy Routier, le réseau compte plus d’1M d’adeptes, dont 188 468 membres actifs en région parisienne. Présent dans les 30 plus grandes agglomérations françaises, le service s’est également étendu à l’étranger via la marque Urbeez. Doté d’un design un peu vieillot, OVS est pourtant l’un des précurseurs d’un mouvement qui pourrait bien s’accentuer au fil des prochains mois : donner un nouveau souffle aux activités online grâce à des points de rendez-vous dans le monde réel.

Une démarche qui pourrait même séduire les géants du secteur. On pense notamment au site à succès AdopteUnMec (9,4M € de CA annuel en avril 2012) qui inaugurait avant-hier sa première boutique physique à Paris. Situé dans le 1er arrondissement de Paris, cet espace a pour vocation d’être un lieu de rencontres réelles. Répartie sur deux étages, la boutique propose ainsi un espace lounge où il est possible de prendre un café, de se pencher sur un livre ou de se lancer dans une partie de baby-foot.

Enfin, au-delà de la rencontre en ligne, la convergence online/offline semble peu à peu contaminer d’autres secteurs du web. C’est le cas notamment du e-commerce avec le phénomène du showrooming, qui consiste à développer des points de ventes davantage tournés vers l’expérience utilisateur.

Tags
EquipAUto

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

6 thoughts on “Et si l’avenir de la rencontre online se jouait dans la vraie vie ?”

  1. Je me permets de rajouter à la liste des sites que vous citez celui que nous avons lancé en février 2011 et qui propose des évènements dans la vie réelle : http://www.spycee.com
    Nous recensons près de 15000 membres sur la région parisienne et organisons 1 à 2 sorties chaque semaine.
    Olivier, co fondateur

  2. Il existe également une application mobile, facebook et internet de partage de sorties amicales à destination des CSP+ : Rezoto (http://www.rezoto.com)
    Nous avons lancé le service mi-Juin et avons déjà plus de 2000 membres ayant organisés près de 500 sorties !

  3. Bonjour,
    On peut citer également Attractive World, qui a une forte activité autour des sorties & évènements thématiques organisés par les utilisateurs

  4. Bonjour,

    Je me permets également de vous orienter vers Meetserious. Un nouveau concept de rencontre qui permet de réunir six célibataires autour d’une table au restaurant. Ces célibataires auront tout le temps d »un repas pour faire connaissance et se trouver, peut-être, des affinités. Meetserious prône des valeurs d’authenticité et de partage, valeurs perdues avec la prolifération des sites de rencontre traditionnels.
    Ces valauers sont palpables à travers le soutien qu’apporte Meetserious aux associations.
    En effet, 10% de chaque addition est reversé à une association caritative qui changera tous les mois.

    Le site verra le jour dans très peu de temps, vous pouvez suivre l’actualité sur le facebook http://www.facebook.com/meetserious

    Bonne journée !

  5. Bonjour,

    J’aimerais revenir sur les grands sites de rencontres, même si le choix est impressionnant, il est évident aussi qu’il est très difficile de concrétiser rapidement. Puis sans compter les échecs, cependant il en est de même dans la vie réelle. L’avantage de la toile c’est le contact facile. La méthode la plus sûre reste à mon avis le tchat sur des interfaces publiques ou les internautes peuvent dialoguer en instantané avec plusieurs personnes en temps réel.
    Certes c’est moins direct, mais des liens d’amitiés se créent et ensuite les affinités. Le site http://www.media-tchat.org offre ces possibilités et convivialité.

    Cordialement
    Atuana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This