ActualitéBusinessMedia

[Exclu] Le groupe Studyrama met la main sur Bankexam.fr et Keek.fr

Studyrama, groupe d’information spécialisé sur l’orientation et la vie étudiante, annonce aujourd’hui l’acquisition de Bankexam.fr, site dédié aux révisions d’examens et de concours, et de Keek.fr, portail d’information et d’échanges pour les étudiants.

Grâce à ces opérations, Studyrama vise notamment à devenir leader sur le marché des révisions en ligne, une activité complémentaire de l’orientation.

Lancé en 2007, Bankexam met à disposition des internautes tout un catalogue de sujets et de corrigés d’examens. Le site revendique pour l’heure plus de 10M de visiteurs et 56M de pages vues sur l’année scolaire 2010-2011. Au total, près de 70 000 documents PDF sont disponibles en téléchargement gratuits. Une offre riche qui a permis de réunir près de 500 000 membres. Une communauté que revendique également Keek.fr.

Le fondateur de Bankexam, Sacha Pavan, poursuivra le développement du site au sein de Studyrama. Il sera accompagné de Rémi Raher de Keek.fr, qui conservera, pour sa part, les clés de la partie éditoriale.

Ces transactions viennent donc enrichir la liste des sites du Groupe Studyrama dédiés aux étudiants : Studyrama.com, Studyrama-jobs.com, Mapiaule.com, ou encore JeuneDip.com.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Exclu] Le groupe Studyrama met la main sur Bankexam.fr et Keek.fr
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse