ActualitéBusinessRetail & eCommerce

[Exclu] Le site de mode ID by Me boucle une seconde levée de 3,5 millions d’euros

ID by Me, plateforme de prêt-à-porter personnalisable, vient tout juste de finaliser un second tour de table d’un montant de 3,5M €, auprès de ses investisseurs historiques Auriga et Partech international, auxquels se sont ajoutées Les Galeries Lafayette.

Fondée par Gabrielle Chou en 2010, ID by ME propose à chaque saison une collection basique regroupant les essentiels de la garde robe. La marque offre ensuite la possibilité aux internautes d’ajouter à chaque pièce une touche personnelle : coupe, style, couleur, finitions, taille … tout est customisable en seulement quelques clics. Chaque pièce est doncunique et confectionnée à la commande.

Gabrielle Chou : « ID by ME c’est aujourd’hui un vêtement personnalisé chaque minute. Notre site a été adopté par plus de 70 000 femmes qui l’ont transformé en véritable marque de mode. »

Outre l’accélération de son développement à l’international, cette augmentation de capital devrait permettre à la start-up de mettre en place une nouvelle identité afin de positionner durablement la marque dans l’univers de la mode.

De leur coté, Les Galeries Lafayette comptent, grâce à cet investissement, renforcer le pôle web de leur groupe.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Exclu] Le site de mode ID by Me boucle une seconde levée de 3,5 millions d’euros
carrefour
La Cnil condamne Carrefour à une amende de 3 millions d’euros pour manquements au RGPD
Télétravail: quelles sont les principales mesures validées par la majorité des partenaires sociaux?
Comment le service de location de voitures Carlili veut s’étendre en France
General Electric s’apprête à supprimer près de 300 postes en France
Unacademy
EdTech: Unacademy lève de nouveaux fonds pour atteindre une valorisation de 2 milliards de dollars
Blast, un programme soutenu par Starburst qui veut faire exploser les startups françaises du spatial