ActualitéBusinessRetail & eCommerceTransport

Face à UPS et FedEx, Amazon lance son propre service de livraison

Amazon veut exercer un contrôle total sur le processus des commandes de ses utilisateurs. Pour cela, la marketplace américaine teste actuellement un nouveau service de livraison, selon des sources proches du dossier citées par Bloomberg. Baptisé «Seller Flex», le service a été déployé en Inde il y a deux ans. Depuis cette année, il est progressivement mis en place dans les États de la côte ouest des États-Unis. D’après Bloomberg, un déploiement plus large sur le sol américain est prévu en 2018.

Ce nouveau service supervisera la collecte des colis dans les entrepôts de marchands tiers vendant des marchandises sur la plateforme américaine et leur livraison au domicile des clients d’Amazon. Jusqu’à maintenant, cette activité était assurée par les transporteurs UPS et FedEx. Pour autant, le lancement du propre service de livraison d’Amazon ne signifie pas que la firme de Jeff Bezos s’apprête à abandonner tout de suite sa collaboration avec UPS et FedEx pour réaliser ses livraisons.

Un réseau de logistique complet en préparation ?

En effet, «Seller Flex» doit permettre avant tout à Amazon d’avoir un meilleur contrôle sur sa chaîne logistique. De cette manière, la marketplace pourrait optimiser son processus de gestion des stocks en fournissant davantage de renseignements sur certaines parties de sa chaîne d’approvisionnement qui étaient auparavant opaques dans la mesure où celles-ci n’étaient pas sous contrôle direct d’Amazon. En outre, ce nouveau service pourrait également donner à la firme américaine la possibilité de réduire ses délais de livraison, notamment pour ses clients Prime, et d’assurer l’intégralité de ses livraisons lors de périodes critiques (Noël, Black Friday…).

Pour l’heure, il s’agirait pour Amazon de compléter les capacités d’UPS et de FedEx, mais à terme, la marketplace américaine pourrait disposer de son propre réseau de logistique complet. Selon Citigroup, Amazon pourrait même économiser plus d’un milliard de dollars par an en se passant des services d’UPS et de FedEx. Le groupe américain dispose d’ores et déjà de sa propre flotte d’avions cargo, baptisée «Prime Air». En début d’année, Amazon avait aussi annoncé la construction de son propre hub de fret aérien, qui sera situé à l’aéroport international de Cincinnati-Nothern Kentucky, dans l’est des États-Unis. Dans le cadre de la création de ce hub, Amazon entend créer plus de 2 000 emplois.

Bouton retour en haut de la page
Face à UPS et FedEx, Amazon lance son propre service de livraison
[Made in Bordeaux] Qui sont les 20 startups à impact à suivre en 2022 ?
MICHEL COMBES
SoftBank: Marcelo Claure claque la porte, le Français Michel Combes promu DG de SoftBank International
Les cookies internet n’ont jamais été conçus comme des outils d’espionnage, affirme leur inventeur
Portrait de Christel Heydemann, du BCG à la direction générale d’Orange
[Série C] La startup belge Cowboy lève 80 millions de dollars pour accélérer la vente de ses vélos électriques connectés aux États-Unis
Comment 800 Tech contribuent à l’innovation de Cdiscount