ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsStartupTechTourisme

Fairjungle lève 1,8 million d’euros pour réduire la facture des voyages d’affaires

L’an passé, les dépenses de voyages d’affaires en Europe ont augmenté de 3,8%, selon le baromètre annuel d’Amex GBT. L’étude met ainsi en lumière que le périmètre du secteur continue de s’étendre, avec de plus en plus de dépenses périphériques qui alourdissent la facture finale. De ce fait, les entreprises ont de moins en moins l’impression de maîtriser les budgets dédiés aux déplacements de leurs collaborateurs.

Logiquement, mieux contrôler les dépenses de voyages d’affaires devient une priorité de plus en plus importante pour les entreprises, et la start-up française Fairjungle pense avoir trouvé la formule gagnante pour résoudre ce casse tête. Pour prendre son envol, la société a bouclé un tour de table de 1,8 million d’euros. Dans le cadre de cette opération, la jeune pousse hébergée à Station F a été soutenue par plusieurs business angels, à l’image de Thibaud Elzière (Fotolia et eFounders) et d’Eduardo Ronzano (KelDoc), et le fonds Whitestones Ventures.

La gamification pour inciter les employés à faire moins de dépenses 

Lancée fin 2017 par Saad Berrada (ex-Goldman Sachs et McKinsey), Samir Idris (ex-McKinsey et Schlumberger) et Bertrand Guiheneuf (ex-Apple), Fairjungle a développé une plateforme pour permettre aux voyageurs d’affaires de réserver tous leurs déplacements sur une seule interface en quelques clics, tout en faisant économiser à l’entreprise entre 20% et 25% sur son budget voyage. «Tout est parti de notre expérience en tant que consultants chez McKinsey. On dépensait des fortunes en voyage avec une expérience utilisateur datant des années 80. Il n’était pas concevable qu’il existe un tel écart entre le monde du voyage de loisirs et celui du voyage d’affaires, avec les outils technologiques dont nous disposons aujourd’hui», explique Saad Berrada, co-fondateur et CEO de Fairjungle. 

Ce constat l’a amené à créer son entreprise pour changer la donne. «On s’est donc fixé l’objectif de permettre à un voyageur d’affaires d’avoir une expérience plus proche de celle d’Amazon que du catalogue téléphonique de La Redoute», indique-t-il. Pour y parvenir, la société s’appuie sur des algorithmes de machine learning pour aider les employés à réduire le temps de réservation moyen de 25 minutes à 60 secondes. Dans le même temps, plusieurs outils sont mis à disposition de l’employeur pour simplifier la gestion du voyage, comme un module d’approbation de budget voyage et un outil d’aide à la réconciliation comptable. 

Un marché européen à 260 milliards d’euros 

Si faciliter la réservation et la gestion des voyages d’affaires est une première étape décisive, encore faut-il mettre en place un mécanisme pour permettre aux entreprises de réaliser des économies. Pour ce faire, Fairjungle propose un module de gamification pour récompenser les employés lorsqu’ils optent pour des voyages moins chers. Avec ce programme de fidélité «inversé» qui permet d’agir directement sur le comportement d’achat des employés, la plateforme permet ainsi de réaligner les intérêts financiers de l’entreprise et de l’employé. 

Avec ce tour de table, la start-up entend accélérer son développement sur le marché européen du voyage d’affaires, estimé à 260 milliards d’euros. La société française espère marcher dans les pas des start-up californiennes TripActions et TravelBank, qui se sont positionnées sur le même segment d’activité aux États-Unis.

Fairjungle : les données clés

Fondateurs : Saad Berrada, Samir Idris et Bertrand Guiheneuf
Création : 2017
Siège social : Paris
Activité : plateforme de réservation de voyages d’affaires
Financement : 1,8 million d’euros en juin 2019

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This