AsieBusinessComEuropeFonds d'investissementInvestissementsLes levées de fonds

Financement des start-up: quelles tendances pour le capital-risque ?

Elections américaines, Brexit : en 2016, le contexte international a inévitablement pesé sur les investissements réalisés dans les start-up. Après trois années de croissance effrénée, les capitaux investis dans la tech ont en effet chuté de près de 10% (127,4 milliards de dollars contre 140,6 milliards de dollars en 2015), atteignant, au dernier trimestre 2016, leur point le plus bas depuis 2014. En conséquence, seules 13665 start-up ont été soutenues l’an passé dans le monde, soit 24% de moins qu’en 2015.

D’après François Bloch, associé KPMG responsable des entreprises de croissance, ce ralentissement est en partie lié à la volatilité des marchés financiers qui a envoyé un signal négatif aux investisseurs, alors appelés à davantage de prudence. Après le pic d’investissements de 2015, ces derniers pourraient également avoir freiné leurs financements pour mettre un terme à une course aux valorisations démesurées, particulièrement aux Etats-Unis.  

La France résiste 

Sur la scène internationale, l’Europe résiste. Sa dynamique reste en effet positive et la  France, portée par plusieurs levées de fonds d’envergure comme celles de Sigfox ou Deezer, confirme son statut. Troisième marché européen en montants investis derrière le Royaume Uni et l’Allemagne, 2ème en nombre d’opérations, c’est le seul pays du continent à afficher des capitaux quasiment stables par rapport à 2015. Sur cette lancée, Paris confirme son rôle de place forte, passant devant Berlin avec 11 milliards d’euros d’investissement dans ses start-up en 2016. 

Ces chiffres sont annonciateurs de changement. La création du label FrenchTech a permis de rendre le système français foisonnant plus lisible et l’Hexagone, qui compte de nombreuses start-up leaders dans les technologies de pointe, serait sur le point de rattraper son retard.  Autre avantage, les start-up françaises sont de plus en plus souvent soutenues par des fonds appartenant à de grands groupes (corporate venture), ce qui les crédibilise en rassurant les investisseurs. 

Le corporate venture, relai de croissance 

Malgré les éléments conjoncturels, le corporate venture affiche une dynamique positive au niveau mondial. Véritable relai de croissance, il s’agit de l’une des tendances de fond du marché qui devrait se poursuivre et apporter une nouvelle impulsion au financement des start-up. Les grands groupes intensifient en effet leurs investissements, non plus seulement pour acquérir des start-up mais bien pour les intégrer à leur écosystème.

2017 : entre optimisme et prudence 

En 2017, le capital-risque mondial devrait donc retrouver des couleurs, et ce, sur tous les continents. La Chine, et l’Inde, dont les modèles s’appuient de plus en plus sur la technologie, laissent présager d’une présence plus importante de l’Asie dans les années à venir. Le modèle chinois opère ainsi une transition vers les sociétés innovantes, en investissant massivement dans la technologie et en créant des modèles favorables. 

La prudence reste néanmoins de mise car l’incertitude qui pesait sur les Etats-Unis l’an dernier pourrait se reporter sur l’Europe cette année. Les élections en France puis en Allemagne pourraient en effet freiner certains investissements tandis que l’Amérique du Nord, et en particulier, les Etats-Unis, semble retrouver un certain dynamisme après plusieurs mois d’instabilité. Une redistribution des cartes n’est donc pas impossible. 

Entrepreneur à la recherche de financements ?  Pour bénéficier d’un coaching personnalisé, inscrivez-vous aux prochaines sessions Pitch@KPMG dans votre région : pitch-kpmg.fr 

[tabs] [tab title=Infos pratiques]

 Leader de l'audit et du conseil, KPMG France est membre de KPMG International, réseau de cabinets indépendants exerçant dans 152 pays.

Nos 8 500 professionnels interviennent auprès des start-up, des PME, des ETI et des groupes familiaux ou encore des grands groupes français et internationaux dans tous les secteurs d’activité. 

[/tab][/tabs] 

"Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné au recrutement idoine sur FrenchWeb et afin de vous inscrire pour un coaching personnalisé. Le destinataire des données est la société émettrice KPMG, ainsi que l’éditeur de FrenchWeb: ADSVARK SAS au capital de 75 192 euros, 55 rue de Bretagne 75003 Paris. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à l’émetteur KPMG, et ADSVARK SAS au capital de 75 192 euros, 55 rue de Bretagne 75003 Paris. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant."

Tags

FrenchWeb

Pour contacter la FrenchWeb, cliquez ici / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Close
Share This