/ Brand ContentBeautyTechBusiness

FlexyBeauty renforce ses équipes pour poursuivre la digitalisation du secteur de la beauté

[Contenu réalisé en partenariat avec FlexyBeauty]

Dans la jungle des solutions SaaS à destination des e-commerçants, Flexybeauty tire son épingle du jeu. Cette startup française développe et commercialise une suite logicielle one-stop shopping qui adresse le segment des professionnels de la beauté. Aujourd’hui, elle compte plus de 5 000 établissements-clients, des coiffeurs, des instituts, des spas, qui utilisent ses services: agenda, réservation en ligne, application mobile…

En phase d’hypercroissance, l’entreprise recrute différents profils comme des commerciaux, des ingénieurs ou encore des développeurs. L’occasion d’en savoir plus sur ses défis technologiques, les opportunités d’emploi qu’elle propose ou encore sa culture d’entreprise.

Retrouvez toutes les informations avec Sébastien Beaujard, CTO et co-fondateur, et Benjamin Ameur, Mobile Developer chez FlexyBeauty :

A Propos :

FlexyBeauty améliore chaque jour le quotidien des professionnels de beauté (instituts de beauté, salons de coiffure, spas..) grâce à sa solution innovante tout-en-un. Véritable One-stop shopping pour les professionnels de la beauté, la solution réunit : logiciel de caisse, agenda en ligne, réservation en ligne, et e-commerce.

La startup basée à Paris a déjà convaincu plus de 5000 salons partout en France et a levé 8,5 millions d’euros auprès d’investisseurs de renom (Serena Capital et Newfund).

Bouton retour en haut de la page
FlexyBeauty renforce ses équipes pour poursuivre la digitalisation du secteur de la beauté
Comment Big Mamma veut réinventer le paiement au restaurant avec sa startup Sunday?
[DECODE Quantum] Rencontre avec Alexia Auffeves, Directrice de Recherche au CNRS
Publicités politiques: la Commission européenne veut imposer la transparence aux plateformes
[Serie B] Smartphones reconditionnés: la startup française CertiDeal lève 15 millions d’euros
Tencent (WeChat) se voit imposer un contrôle de ses apps par les autorités chinoises
Du Next 40 au CAC 40 : la France doit désormais convaincre ses licornes d’entrer en Bourse