ActualitéMedia

France Soir reverra bientôt le jour sur iPad en format payant

Après avoir annoncé la fermeture de son site en juillet dernier, France Soir, racheté en octobre par la société française de paiement en ligne Cards Off, renoue avec le 100% numérique au travers du lancement, prévu fin mars, d’une version hebdomadaire payante sur iPad, indique le quotidien Les Echos.

france-soir-ipad

Disponible le vendredi soir pour 1,89 €, le magazine numérique d’une cinquantaine de pages s’appuiera sur une redaction réduite d’une dizaine de personnes, pilotée par Dominique de Montvalon, ex-rédacteur en chef politique du quotidien.

Sous l’influence de son nouveau propriétaire, France Soir devrait développer un modèle économique original qui ne repose plus uniquement sur la publicité ou les abonnements (20% du CA prévisionnel). Utilisant un procédé de sécurisation des transactions en ligne développé par Cards Off, France Soir veut créer autour de son hebdomadaire une place de marché où des produits, en lien avec les articles publiés, disponibles sur des sites de e-commerce seront agrégés.

Sans passer par lesdits sites, le lecteur « remplit un panier France Soir et paie le journal, qui reverse ensuite le montant au site marchand concerné, conservant une commission qui varie de 3 % à 15 % » selon l’article des Echos.

Enfin, un projet de quotidien numérique gratuit inspiré du modèle économique de l’hebdo serait aussi à l’étude, mais nécessiterait des investissements plus lourds, de l’ordre de 10M €, contre 1,5M pour le magazine.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
France Soir reverra bientôt le jour sur iPad en format payant
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés