FrenchTechNantesRetail & eCommerce

[FrenchWeb Tour Nantes] iAdvize: « Nous travaillons avec plus de 50% du top 15 e-commerce »

« Augmenter les ventes par le chat » Telle était la promesse de départ de la start-up iAdvize, lancée il y a maintenant 3 ans.

iAdvize s’attache désormais à réintégrer le facteur humain dans les relations clients en ligne, tout en s’inscrivant dans une logique de création de valeur. La jeune pousse s’appuie ainsi sur trois canaux : le chat, le clic-to-call et plus récemment le clic-to-video.

iAdvize travaille aujourd’hui avec plus de 50% du top 15 e-commerce et propose à ses clients d’augmenter la satisfaction des internautes, de réduire les coûts de traitement et enfin d’améliorer le taux de transformation. Une solution et un service commercialisés entre 19,99 et 30 000 euros par mois en fonction des projets.

Fraîchement installée dans de nouveaux locaux, après une levée de fonds de 1 million d’euros, la start-up compte désormais industrialiser sa solution en s’attaquant plus particulièrement aux marchés espagnol, allemand et britannique.

Les détails avec Julien Hervouët, co-fondateur.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Jolie société, énorme marché. Dans cet espace, je préfère l’autre français Videodesk dont le pricing freemium me semble plus disruptif et la nouvelle intégration WebRTC est une bombe

Bouton retour en haut de la page
[FrenchWeb Tour Nantes] iAdvize: « Nous travaillons avec plus de 50% du top 15 e-commerce »
Opencell lève 6,8 millions d’euros auprès de Seventure Partners, Alliance Entreprendre et Capital Grand Est
Entre croissance externe et ouverture de pays: la stratégie agressive de Vinted 
Diversité : Élisabeth Moreno invite les dirigeants d’entreprise à prendre ce sujet à bras le corps pour performer
Mira Beauty: comment cette startup californienne a-t-elle inventé l’enseigne du futur?
Après avoir surfer sur le boom du e-commerce, la startup polonaise InPost s’apprête à entrer en Bourse
Pourquoi les marques de beauté devraient accorder plus d’attention au « social selling »