ActualitéAmérique du nordBusinessFinTechInvestissementsLes levées de fonds

Fundbox, la startup qui veut en finir avec les transactions BtoB laborieuses

Fundbox, startup américaine d’origine israélienne qui propose un réseau de paiement et de crédit BtoB, a levé 176 millions de dollars de growth equity en série C auprès d’Allianz X, le Healthcare of Ontario Pension Plan (HOOPP), HarbourVest, 9Yards Capital, Hamilton Lane, SEB Private Equity (au nom de ses clients), Cathay Innovation, Synchrony Financial, MUFG Innovation Partners Co. Ltd., Recruit Strategic Partners, GMO Internet Group et Arbor Ventures. Les principaux investisseurs historiques de Fundbox, Khosla Ventures, General Catalyst et Spark Capital Growth, ont également participé autour de table. Fundbox a aussi obtenu un facilité de crédit de 150 millions de dollars. Ce financement porte à plus de 433 millions de dollars le total réuni par l’entreprise depuis son lancement.

Contrairement aux transactions consommateurs, les transactions BtoB peuvent se révéler laborieuses. Pour les propriétaires d’entreprise, surtout chez les PME, des flux de trésorerie incertains et des systèmes de paiement non adaptés à leur activité peuvent ralentir leurs opérations commerciales, et ainsi leur croissance. Rien qu’aux Etats-Unis, pas moins de 3 100 milliards de dollars seraient même actuellement bloqués sur des comptes clients en attente de versement aux entreprises auxquelles cet argent est dû, selon Fundbox. L’innovation une nouvelle fois davantage du côté des particuliers que de celui des entreprises ?

Optimiser les transactions côté vendeur et la confiance côté acheteur

Pour tenter de contrer cela, Fundbox, créé en 2013 par Eyal Shinar, Tomer Michaeli et Yuval Ariav, a développé un réseau de paiement et de crédit bilatéral dédié spécifiquement à l’accélération du commerce BtoB. Ce réseau a pour objectif de fournir aux entreprises des crédits au meilleur coût, un système de paiements quasi-instantanés, des modalités plus souples que celles qui existent actuellement, mais aussi des solutions d’automatisation de la prise de décision sur les risques financiers via le machine learning. A terme, l’idée est d’optimiser les transactions côté vendeur et d’accroître la confiance côté acheteur, le tout à travers une seule plateforme.

Sur le marché du commerce BtoB, Fundbox concourt avec des entreprises telles que BlueVine, Kabbage ou OnDeck. Face à elles, la FinTech californienne prévoit d’utiliser ce financement de 326 millions de dollars pour élargir son réseau de paiement et de crédit.

Fundbox : les données clés

Fondateurs : Eyal Shinar, Tomer Michaeli, Yuval Ariav
Création : 2013
Siège social : San Francisco
Effectifs : 250
Secteur : FinTech
Activité : réseau de paiement et de crédit BtoB
Concurrents : BlueVine, Kabbage, OnDeck


Financement : 433,5 millions de dollars auprès de General Catalyst, Hamilton Lane, Spark Capital, Allianz X, Synchrony Financial, Khosla Ventures, Synchrony Ventures, Sound Ventures, FJ Labs, Healthcare of Ontario Pension Plan (HOOPP), HarbourVest, 9Yards Capital, SEB Private Equity (au nom de ses clients), Cathay Innovation, MUFG Innovation Partners Co. Ltd., Recruit Strategic Partners, GMO Internet Group, Arbor Ventures

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Fundbox, la startup qui veut en finir avec les transactions BtoB laborieuses
Reconnaissance faciale
Reconnaissance faciale: la Cnil trace ses lignes rouges
Ludovic Le Moan (Sigfox): «Personne ne parlait de bas débit avant nous, les autres sont venus par opportunisme»
Les offres d’emploi de la semaine
Pourquoi 1Password boucle une première levée de 200 millions de dollars après 14 ans d’existence
L’Asie et les États-Unis à la pointe des FinTech en 2019
[Appel à candidatures] Participez au palmarès 2020 des entreprises qui recrutent dans le numérique
Copy link