ActualitéBusinessComStartupStartup du jourTech

[FW Radar] Keople évalue la maturité numérique d’une entreprise

Créée en décembre 2013 par Séverine Pirault, Keople permet aux entreprises de mesurer leur maturité numérique. La plateforme propose aussi un suivi des actions menées dans le processus de transformation digitale.

Plus de détails avec Séverine Pirault, fondatrice de Keople.

FrenchWeb: A quel besoin répond votre service?

severine-piraultSéverine Pirault, fondatrice de Keople: Nous vivons une révolution numérique et les entreprises doivent y faire face et se transformer: proposer une nouvelle expérience client, et en parallèle, faire monter en compétences leurs collaborateurs. Le manque de compétences numériques coûte en moyenne aux organisations 3 millions d’euros par an pour 1000 salariés. Encore aujourd’hui, 47% des salariés se sentent incompétents dans l’utilisation des outils numériques. C’est notre rôle de les aider à prendre conscience des enjeux et des apports du numérique, à s’acculturer et à adopter les bonnes postures. Pour accroître l’agilité, l’adaptabilité, la performance des entreprises dans cette société mouvante, nous sommes convaincus que l’humain et l’intelligence collaborative sont les clés. 

Quelle est votre proposition de valeur?

Pour répondre à ces nouveaux enjeux, nous avons développé une plateforme Saas, MyKeople, qui permet aux entreprises d’évaluer en quelques jours leur maturité numérique et celle de un à plusieurs milliers de collaborateurs en même temps. Le Digi’Diag, questionnaire d’auto-évaluation, diagnostique les collaborateurs en interrogeant à la fois leurs usages et pratiques numériques, leur niveau de compétences numériques ainsi que leurs postures face aux usages du numérique comme l’ouverture ou encore l’agilité. Cela permet de fonder un plan de progrès ciblé, et d’identifier les champions digitaux qui seront les ambassadeurs naturels auprès de l’ensemble des collaborateurs. Un dashboard d’entreprise permet aux managers de suivre les progrès dans le temps, et ainsi de vérifier que le plan de marche suit bien le rythme de la stratégie d’entreprise.    

Qui sont les utilisateurs de vos solutions?

A ce jour, nous avons diagnostiqué plus de 10 000 collaborateurs dans des sociétés orientées service (banques, agences immobilières, …). Nous travaillons également avec des cabinets de recrutement pour diagnostiquer la culture numérique de leurs candidats. Les sociétés clientes veulent un état des lieux rapide et de qualité pour tous leurs collaborateurs, sur la base d’un référentiel solide des compétences numériques. Avec le Digi’Diag, le diagnostic n’est pas obligatoire, et pourtant nous enregistrons des taux de participation moyens de 92%. Les collaborateurs y voient un intérêt professionnel et personnel sachant que le digital devient un critère d’employabilité. Pour les entreprises, c’est l’analyse de cette évaluation qui permet de mettre en place un plan d’acculturation pertinent et personnalisé au plus près des besoins recensés. Les clients qui ont entamé cette démarche il y a maintenant un ou deux ans ont mesuré des progrès probants et un retour sur investissement très net, aussi bien financier (efficacité, ventes additionnelles) qu’humain, avec une réelle dynamique impulsée au sein de leurs équipes.

Qui sont vos concurrents?

Nous n’avons pas réellement de concurrents directs mis à part quelques pure player comme nous. Ces sociétés proposent des diagnostics de maturité numérique plutôt sous forme de QCM, mais n’apportent ni un référentiel de compétences numériques complet, ni la capacité à opérer une restitution individuelle et collective dégageant une vraie valeur. Pour reprendre un client, «Keople est la Rolls Royce du Diag digital». Nos concurrents indirects sont les acteurs de la transformation numérique, certains opèrent un questionnaire pour mieux vendre leurs contenus de formation par exemple. Nous sommes dans ce cadre très différenciant car complètement agnostique. A noter: plusieurs cabinets de conseils de renom se sont associés à Keople pour inclure sa valeur ajoutée dans leur offre plus globale de transformation numérique.

Quel est votre plan de développement?

Depuis le début de l’aventure, une grande partie de notre activité est consacrée à la R&D. 

Notre outil est le fruit de plus d’un an de veille et d’itérations, pour fonder un référentiel des compétences solide, une plateforme robuste, et un dashboard pertinent. Cela nous positionne réellement comme «le TOEIC du numérique» et la plateforme analytics de la transformation numérique. Afin d’accompagner les clients sur tout le cycle d’apprentissage, nous allons rapidement proposer des parcours de progrès contextualisé (en partenariat avec des professionnels de la pédagogie) pour chaque collaborateurs, tenant compte des résultats de son Digi’Diag, des priorités stratégiques de son entreprise, et de ses propres envies et motivations. Nous allons aussi proposer des fonctionnalités de Social Learning afin d’accélérer les dynamiques collaboratives et par exemple des dynamiques de Reverse Mentoring. 

Notre ambition à court terme est d’atteindre les 50 000 diagnostics d’ici fin 2017. 

A ce jour, de grands comptes comme la Banque Populaire, Caisse d’Epargne, CIC, BPI, … ou encore des PME comme Thierry Immobilier nous font confiance. Nous souhaitons toucher de nouveaux secteurs d’activité et tous les types d’entreprises, car tout le monde est concerné par cette révolution. 

Nous finalisons actuellement des partenariats commerciaux (cabinets de conseils) et industriels (notamment avec des professionnels de la pédagogie et des producteurs de contenu) pour accélérer notre développement. Nous souhaitons dépasser les 3 millions d’euros à 3 ans.

Nous avons l’ambition de nous développer à l’international. Notre plateforme a été conçue dès sa création pour être multilingue. Dans un premier temps, nous souhaitons pouvoir accompagner les entreprises françaises qui sont présentes à l’international. Rapidement, et dès 2018, nous étendrons notre présence commerciale à l’international. Le plan de marche est à finaliser, mais l’Europe est une première étape, l’Amérique du nord et le Canada en particulier une seconde, et l’Asie et l’Australie une troisième. A terme, il n’y a aucune limite à nos implantations. Il est probable que la stratégie d’implantation suive en partie les succès que nous aurons en France avec nos partenaires de type «Grand cabinet de conseil d’envergure international».

Quels sont vos enjeux?

Nos différents enjeux sont:

  • marché: adresser tous les secteurs, et proposer un benchmark de maturité numérique par secteur.
  • business: fonder un eco-système de partenaires qui maximisera la valeur pour nos clients, et accélérera le développement.
  • financier: garantir en permanence une solidité financière pour assurer notre R&D, rassurer les investisseurs et les clients.
  • RH: ancrer durablement nos valeurs d’entreprise (objectivité/intégrité, entrepreneurship, respect, collaboratif, solidité financière, responsabilité sociale), et attirer les talents pour accompagner notre croissance.

 

[tabs]

[tab title= »Keople : les données clés »]

Fondatrice : Séverine Pirault

Date de création : 12 décembre 2013

Levée de fonds :  aucune

Siège : Nantes

[/tab]

[/tabs]

Lire aussi: La transformation digitale en 2017: la fin des rêves et des miracles

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Myriam Roche

Chef de projet éditorial at Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This