Frenchweb recrute un chef de projet editorial et un responsable partenariats
ActualitéBusinessFinTechStartupStartup du jourTech

[FW Radar] Payboost, la FinTech qui veut faciliter le paiement des factures

Payboost est né de la rencontre et de l’association entre Frédéric Dittmar et le groupe Veolia, qui souhaitait moderniser la chaîne de paiement de ses factures.

Plus de détails avec David Laval, directeur marketing de Payboost:

FrenchWeb: À quel besoin répond votre service?

Payboost veut faciliter le paiement des factures. Cela fait près de 20 ans que Amazon a inventé le paiement en 1 clic. Depuis, on a l’habitude de payer ses achats facilement. Pourtant, pour payer une facture, c’est encore trop souvent un parcours du combattant, par exemple pour mettre en place un échéancier quand le budget du mois est compliqué à boucler ou pour mettre en place le prélèvement automatique parce que c’est quand même le plus pratique.

Quelle est votre proposition de valeur?

Payboost, c’est la première Fintech d’utilité publique. Notre mantra, c’est que prendre en compte le facteur humain de celui qui doit payer sa facture, c’est plus performant car cela réduit les impayés. Concrètement, nous combinons une plateforme de paiement intelligente qui facilite le paiement au débiteur en fonction de son profil et son historique et Fastoche.fr, un coach budgétaire et social basé sur un bot. A cette technologie, nous ajoutons du service puisque nous proposons aussi à nos clients une plateforme de gestion externalisée de toute leur chaîne de paiement – facturation, etc – un peu comme un « Webhelp du back office ».

Qui sont les utilisateurs de vos solutions?

Nous sommes une solution B2B. Nous nous adressons en particulier aux créanciers qui ont un impact social, ce qui représente un spectre assez large : les opérateurs de biens essentiels (comme l’eau, l’énergie, l’accès internet…), les collectivités locales (pour les cantines, le transport public…), les bailleurs HLM mais aussi les organismes financiers (la néo-banque, le crédit conso…).
Tous ces acteurs ont en commun la nécessité de réduire leurs impayés, mais aussi conserver une bonne relation avec leurs clients et prendre en compte la situation de ceux qui sont en fragilité financière. C’est même une obligation réglementaire par exemple pour l’énergie, l’eau ou la banque.

Quel est votre plan de développement?

Nous avons développé la v1 de notre solution. Les premiers retours sont très positifs. Nous avions commencé en amont à évangéliser notre marché, ce qui était essentiel car le cycle de vente pour des solutions Fintech est forcément un peu long. Désormais, nous sommes dans l’étape de commercialisation pure et dure et de déploiement, avec des objectifs extrêmement ambitieux : nous tablons un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros en 2018.

Quels sont vos enjeux?

Il nous faut démontrer que nous pouvons passer d’une vraie bonne idée à un vrai business soutenable et rentable, en signant plein de beaux contrats. Quand je regarde notre pipe, je suis raisonnablement optimiste, mais nous avons beaucoup de travail pour les mois à venir !
Et pour faire tout ça, nous cherchons à recruter les meilleurs collaborateurs, notamment des profils tech, sales et marketing.

Qui sont vos concurrents?

Nous avons des comparables, par exemple les solutions de paiement de Slimpay ou de Gogardless ou des banques peuvent se comparer à notre plateforme de smart payment des factures. Les appli de PFM (Personnal Financial Manager) comme Bankin ou Linxo peuvent se comparer à notre coach Fastoche.
Notre originalité, c’est que nous attaquons des cibles différentes en nous focalisant sur le paiement des factures et en réalisant un assemblage inédit d’une plateforme de paiement, d’un PFM et d’une plateforme de gestion externalisée de la chaîne de paiement.

Qui est l’entrepreneur qui vous inspire?

Jean-Marc Borello qui a fondé le groupe SOS avec l’ambition d’allier innovation sociale et efficacité économique. Aujourd’hui, c’est une incroyable success story de l’entrepreneuriat social qui compte plus de 10 000 salariés en France.

Les 5 applications qui vous sont indispensables et pourquoi :

– WhatsApp, indispensable pour communiquer constamment entre nous.
– Autolib parce que c’est une solution très pratique et 0 émission pour aller d’un RDV à l’autre.
– Fastoche, notre coach budgétaire et social, parce qu’on est jamais ausi bien servi que par soit-même :)
– Initiative, le CRM 100 % made in France que nous utilisons avec plaisir.
– Et les SMS car on n’a rien inventé de mieux pour les échanges rapides à 2 !

Les 5 événements tech auxquels il faut absolument participer et pourquoi :

– Vivatech, c’est impressionnant l’ampleur que cela a pris en si peu de temps, vive la France !
– Paris Fintech Forum, c’est vraiment l’endroit où il faut être pour une Fintech, avec des opportunités incroyables à la clé.
– Fin&Tech Community : un évènement central de la place Fintech française.

Une start-up à nous faire découvrir ?

Ferpection, c’est une startup française qui a conçu un service vraiment chouette de test utilisateurs. Nous l’avons utilisé pendant le développement de notre coach Fastoche, cela nous a beaucoup fait progressé et permis de sortir un produit attractif dès le jour 1.

Les données clés:

  • Fondateurs : Frédéric Dittmar et le groupe Veolia
  • Date de création : 2016
  • Levée de fonds : Oui, Veolia a investit dans le projet depuis ses débuts pour un montant confidentiel.
  • Siège : Le siège est à Paris mais une très grande partie des collaborateurs travaillent sur nos plateformes de gestion externalisée de la chaîne de paiement à Tourcoing et à La Réunion.
Tags

FrenchWeb

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce contenu pourrait vous intéresser:

Close
Share This