ActualitéBusinessRetail & eCommerceStartupStartup du jour

[FW Radar] Veando veut redynamiser les commerces de centre-ville

Veando a été créée par Olivier Jullian en novembre 2017. La plateforme permet aux clients de passer commande chez l’un de ses commerçants et de venir récupérer la commande en magasin. Le client peut appeler le commerçant en vidéo pour voir le produit ou demander conseil.

Plus de détails avec Olivier Jullian, fondateur de Veando.

FrenchWeb: A quel besoin répond votre service?

Olivier Jullian, fondateur de Veando: Sur web et mobile, Veando permet aux clients d’appeler leurs commerçants en vidéo, gratuitement. Il discute avec le commerçant et bénéficie de ses conseils, il voit les produits et passe commande en temps réel. Le paiement s’effectue par carte bancaire sur la plateforme, et le client organise avec son commerçant le retrait en boutique ou la livraison à domicile.

Notre service permet le retour d’une clientèle «active» qui a quitté les centres-villes par manque de temps mais qui est attachée à la fraîcheur et à la qualité des produits.

Notre société est une ESS (entreprise de l’économie sociale et solidaire, au sens de la loi de Juillet 2014), et cherche surtout à permettre aux commerçants de mettre des moyens en commun pour développer les outils qui leur permettront de sortir leur épingle du jeu dans la nouvelle économie. Les commerçants sont donc associés aux décision relatives aux investissements et au développement de nouvelles fonctionnalités.

Quelle est votre proposition de valeur?

Notre outil permet aux commerçants de proximité de concurrencer efficacement les sites d’e-commerce et les «drives» des grandes surfaces. Contrairement aux solutions classiques de vente en ligne (site d’e-commerce), notre plateforme ne nécessite en effet ni gestion de catalogue, ni photos des produits, ni gestion des stocks. Il suffit de montrer l’étal ou les présentoirs avec la caméra de sa tablette pour présenter ce que l’on a à vendre.

Les principaux avantages pour le commerçant sont la facilité de mise en oeuvre (il suffit de s’inscrire et d’acheter une tablette), le faible coût (nous avons une proposition à zéro coût fixe, c’est-à-dire rémunérée uniquement en commission), la visibilité accrue sur internet (via le portail veando.com qui fonctionne comme un annuaire optimisé SEO), et l’accès à une clientèle jeune et dynamique qui ne vient pas assez en centre-ville. Pour les clients les avantages sont les même que ceux du drive, du click&collect ou de la livraison à domicile (donc: praticité, gain de temps etc.) mais avec en plus le conseil personnalisé d’un commerçant, et la disponibilité immédiate des produits.

Qui sont les utilisateurs de votre solution?

En permettant, avec la vidéo, de reproduire sur le Web les usages du commerce de proximité (dialogue, contact humain, conseil, etc.), nous nous adressons à tous les commerçants qui ont une boutique et sont attachés au contact client.

En choisissant ses horaires de «disponibilité Veando», le commerçant peut se consacrer à ses clients physiques pendant les heures de pointe, et augmenter ses ventes avec la plateforme pendant les heures creuses.

Nous sommes particulièrement adaptés aux ventes qui nécessitent du conseil (vin, bijoux, décoration, etc.) et aux commerces qui font face à des heures creuses et à des forts pics de charge (snacking: notre outil permet de prendre les commandes de sandwichs une demi-heure avant le rush, et donc de fluidifier le business et réduire les files d’attentes à midi). Notre plateforme permet aussi d’étendre le périmètre de vente, même si nous insistons sur le côté «local» et ne parlons pas de vente à distance. Mais pour des objets très recherchés (montres de collection par exemple) cela peut avoir du sens.

Quel est votre plan de développement

Nous venons de déployer le service sur Vannes (où est basée notre start-up), et visons ensuite une extension sur l’ensemble du territoire français. Tout commerçant français peut déjà s’inscrire, même s’il est à Nice ou à Strasbourg, mais le service fonctionnera uniquement en «click & collect», sauf pour les commerçants qui ont déjà un service de livraison. Nous devons donc identifier les territoires qui portent un intérêt à notre concept et y trouver des livreurs partenaires (nous souhaitons collaborer avec des sociétés de livraison déjà établie, mais locales et indépendantes, pour préserver l’emploi local), puis y faire un peu de communication (presse locale etc.). Notre plan de déploiement consiste donc essentiellement à mettre en place des partenariats livraison sur plusieurs villes, à raison de 4 ou 5 villes par an. En terme de service nous proposerons aussi des portails veando dédiés (par exemple: un portail pour la décoration, un pour la bijouterie, etc.) en fonction de la demande (= du nombre de commerçants qui se montrent intéressés dans chaque catégorie).

En terme de fonctionnalités, nous associerons les commerçants à la «roadmap», conformément à l’esprit des ESS (entreprise sociale et solidaire, en résumé: réinvestissement de la majorité des bénéfices générés + gouvernance participative + encadrement des salaires).

Nous souhaitons suivre une croissance naturelle, basée sur une communication raisonnable et du bouche-à-oreille porté par le succès de la plateforme sur les territoires déjà couverts. Nous doserons la croissance en fonction du succès et des financements que nous trouverons.

Nous souhaitons surtout défendre le commerce local français et dynamiser les centres-villes, notamment en province.

Quels sont vos enjeux?

L’alchimie: rencontrer un intérêt auprès des commerçants et des clients! Pour l’instant les commerçants que nous avons rencontrés se montrent très intéressés, mais il faut faire connaître le service auprès du grand public pour qu’il devienne naturel d’acheter sur internet auprès de commerçants de proximité, et non auprès de amazon, à la fnac ou à carrefour!

Nous sommes dans une démarche de soutien à l’économie locale et avons réalisé les premiers investissements nous-même. La poursuite des investissements et le développement de nouvelles fonctionnalités va dépendre du succès financier que nous allons rencontrer, c’est-à-dire, mécaniquement, du nombre de commerçants qui s’inscrivent et des commandes qu’ils reçoivent. Il nous faut donc faire un déploiement national assez rapide, car le concept n’est pas rentable sur un petit territoire comme Vannes.

Nous avons pu développer la plateforme sur nos propres fonds mais allons avoir besoin de soutiens pour la commercialisation et la mise en place de partenariats de livraison dans de nombreux territoires. Une petite levée de fonds (quelques centaines de k€) est envisagée pour 2018 pour accélérer et atteindre plus rapidement le seuil de rentabilité (lié au nombre de commerçants qui adhèrent).

Nous cherchons surtout à recruter des développeurs et des ingénieurs en informatique à Vannes, dans le Golfe du Morbihan. C’est une région magnifique, au bord de l’eau.

Nous proposons aussi des stages et des formations en alternance dans la communication et les relations commerciales.

Pour le reste nous souhaitons nous appuyer sur des partenariats: partenariats commerçants et partenariats livreurs.

Qui sont vos concurrents?

Nous sommes les seuls à proposer, grâce à la vidéo, un service vraiment adapté au commerce de proximité. Toutes les autres initiatives imposent la gestion d’un catalogue électronique, avec des photos, des prix fixes, des stocks etc. Contrairement aux autres plateformes, nous ne transformons pas les commerçants en «e-commerçants» mais nous leur permettons de pratiquer leur activité existantes via un nouveau canal de vente.

Ce qui nous différencie ensuite c’est l’état d’esprit: nous sommes une entreprise sociale et solidaire basée en province, sur un territoire que nous voulons défendre. Nous ne sommes pas appuyés par des gros fonds d’investissement, et nous nous considérons comme un anti-Uber: car nous préservons ou créons l’emploi local, nous ne demandons pas à des gens de se mettre à leur compte (avec des contrats douteux) mais préférons mettre en place des partenariats avec des entrepreneurs (commerçants et livreurs) qui ont déjà décidé de créer leur business et en ont défini les conditions de la rentabilité; et enfin nous ne cherchons pas à digitaliser les commerçants mais leur proposons simplement de prendre 3 ou 4 appels par jour sur la plateforme, sans que ça les détourne de leur vraie nature: le commerce en boutique et le contact humain.

Nous prenons une commission de 10% seulement, et réinjectons plus de la moitié de nos bénéfices dans le développement de la plateforme, au service des commerçants indépendants.

Les données clés:

  • Fondateur : Olivier Jullian
  • Date de création : 13 novembre 2017
  • Levées de fonds : non
  • Siège : Vannes
Tags
Plus d'infos

Myriam Roche

Chef de projet éditorial at Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer