ActualitéBusinessJeux Video

Gaming: l’e-commerçant lyonnais LDLC se lance dans la réalité virtuelle

AFP

Le distributeur en ligne de produits de haute technologie Groupe LDLC a annoncé jeudi la sortie d’un premier jeu vidéo en réalité virtuelle entièrement conçu en interne. Son premier opus, baptisé « Catch the dragon », peut d’ores et déjà être testé dans une salle de réalité virtuelle à Bourgoin-Jallieu (Isère), en grande banlieue de Lyon.

Ce jeu oppose deux équipes de deux ou trois joueurs équipés d’un casque de réalité virtuelle et d’un ordinateur porté sur le dos, qui offre « une expérience beaucoup plus immersive que la réalité virtuelle classique », selon un communiqué publié par le groupe. Pour s’adresser à cette nouvelle clientèle, Groupe LDLC a mis sur pied son propre studio de création de jeux vidéo en réalité virtuelle, LDLC VR Studio. Il n’en précise pas les effectifs, ni les moyens qui lui sont alloués.

Fondé par les deux frères de la Clergerie, qui ne cachent pas leur penchant « geek », Groupe LDLC vise traditionnellement une clientèle de « gamers », des passionnés de jeux vidéos. A leur intention, l’entreprise lyonnaise a récemment sorti un sabre-laser inspiré de l’univers Star Wars, lui aussi conçu en interne.

La Team LDLC a d’ailleurs annoncé un partenariat avec l’Olympique Lyonnais pour soutenir les joueurs d’e-sport. 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Gaming: l’e-commerçant lyonnais LDLC se lance dans la réalité virtuelle
Venmo
États-Unis: la très populaire application Venmo (PayPal) se lance dans les cryptomonnaies
Les géants du luxe LVMH, Prada Group et Cartier s’allient pour créer leur plateforme blockchain
D’Alibaba à Huawei, la Tech chinoise se bouscule sur le marché florissant de la voiture électrique
Quels outils pour faciliter le travail des développeurs?
Trottinettes électriques: la startup franco-néerlandaise Dott lève 70 millions d’euros auprès de Sofina
Covid-19: le passe sanitaire français pourrait préfigurer le dispositif européen