A la uneHealthcareMarseilleStartup Channel

GenePred développe un algorithme pour la santé prédictive

Des algorithmes au service de la santé : telle est l’ambition de GenePred, une start-up marseillaise qui propose des diagnostics génétiques pour prédire quels seront les patients qui ont le plus de probabilité d’être atteints d’une pathologie donnée. «Nous travaillons en particulier sur les cirrhoses et les cancers du foi. Aujourd’hui, nous avons une capacité prédictive de 80% (…)», explique à Frenchweb Pierre Dessein, cofondateur. A terme, l’entreprise souhaite étendre son champ de recherches à d’autres maladies : «nous allons aller rapidement sur les poumons ou le cœur».

Au-delà des patients, les organismes de santé publics pourraient également s’intéresser de près à de telles solutions, notamment pour maîtriser leurs budgets. «Des études démontrent qu’attendre avant de soigner un patient diminue les chances de survie (du patient, ndlr), mais augmente aussi les coûts de santé publique», selon M. Dessein.

Pour accélérer, la start-up vient de lancer une campagne sur Anaxago pour lever 1 million d’euros en capital. À court terme, les fonds viendront compléter les équipements de la société, et financer les premières études avant la mise sur le marché des premiers tests. Plus de détails avec Pierre Dessein, le cofondateur de GenePred.

Fondateurs : Pierre Dessein et Alain Dessein

Création : 2012

Marché : diagnostique de santé prédictive

Financement : levée de 1 million d’euros en cours sur Anaxago

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
GenePred développe un algorithme pour la santé prédictive
Anonymisation des données: 1,5 million d’euros pour la startup nantaise Octopize
Né de la fusion entre Whoog et medGo, Hublo lève 22 millions d’euros
« Mon espace Santé »: le gouvernement va consacrer 1,4 milliard d’euros à la sécurité des données de santé
MedTech: le Français Carmat commercialise son premier cœur artificiel
ARN messager, vaccins et intelligence artificielle: quel avenir pour le médicament?
MyC lève 2 millions d’euros auprès d’Elaia pour gérer des données de santé