ActualitéBusiness

Gimv se renforce dans le e-commerce et investit 4,9 M d’euros dans Private Outlet

Gimv renforce son intérêt dans le e-commerce et annonce un investissement de 4,9 M d’euros dans Private Outlet. Après Made in Design, Easyvoyage et Onedirect, le site de vente privées d’articles de mode est le quatrième investissement réalisé sur le marché français au cours des douze derniers mois. Pour Private Outlet, ce second tour de table à permet de lever 9 millions d’euros au total.

Fondé en 2007 par le Groupe Andrino, Private Outlet est aujourd’hui présent dans 5 pays, dont la France, l’Allemangne, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni, l’entreprise revendique 1,8 million de membres actifs et emploie près de 105 salariés.

Cette augmentation de capital a pour objectif de renforcer la position sur les marchés existants mais également de déployer la marque dans d’autres pays européens et de réaliser des opérations de croissance externe.

En septembre 2008, Private Outlet avait déjà levé 7,3 millions d’euros lors d’un premier tour de table, réalisé par BayTech Venture Capital, GP Bullhound et Kreos Capital. Gimv mène cette seconde augmentation de capital de 9 millions d’euros, à laquelle ont également participés Turenne Capital et les investisseurs existants.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Gimv se renforce dans le e-commerce et investit 4,9 M d’euros dans Private Outlet
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse