ActualitéBusinessEuropeInvestissementsLes levées de fondsMarketing & CommunicationStartup

Happydemics lève 1,2 million d’euros pour aider les marques à mieux connaître leurs consommateurs

Le montant

La start-up parisienne Happydemics, qui développe des solutions d’aide à la décision, a bouclé un tour de table de 1,2 million d’euros. Parmi ses investisseurs, la société compte notamment Cédric Siré, le patron de Webedia, Antoine Le Conte, CEO de Cheerz, ou encore Kima Ventures, le fonds de Xavier Niel.

Auparavant, la jeune pousse avait levé 2 millions d’euros en juin 2017 auprès notamment de l’accélérateur Axeleo et de Frédéric Mazzella, co-fondateur de la plateforme de covoiturage BlaBlaCar. Une opération qui est intervenue deux ans après une levée d’amorçage de 100 000 euros.

Le marché

Fondée en 2015 par Tarek Ouagguini, Happydemics s’intéresse à l’opinion des consommateurs pour adapter les offres commerciales et optimiser le ROI des campagnes publicitaires des marques. Après avoir développé une solution permettant d’analyser l’ensemble du parcours mobile d’un client pour épauler les entreprises dans leur stratégie marketing, la société française a déployé de nouvelles solutions au cours de ces derniers mois pour étendre son champ d’action.

En début d’année, Happydemics a ainsi présenté un nouvel outil à destination des annonceurs pour analyser l’impact et la perception des campagnes publicitaires à la télévision, avant de dévoiler cet été une solution permettant de mesurer les performances du marketing d’influence des marques sur Instagram. Cette palette d’outils vise à permettre aux marques de connaître les goûts de leurs consommateurs pour leur adresser des offres à forte valeur ajoutée. Parmi ses clients, la société compte notamment KFC, L’Oréal, LeBonCoin ou encore la Macif.

Les objectifs 

Ce tour de table doit permettre à Happydemics d’accélérer son développement pour «démocratiser l’accès aux études de marché». Dans ce sens, la société prévoit de présenter un «abonnement novateur» dans le courant du mois d’octobre. «Aujourd’hui, vous ne pouvez plus vous passer de l’opinion des gens si vous souhaitez exister. Nous sommes là pour en démocratiser l’accès, et l’entrée de ces nouveaux investisseurs venus du B2C accompagne cette direction que nous souhaitons donner au marché des études», indique Tarek Ouagguini, fondateur et CEO de Happydemics.

Happydemics : les données clés

Fondateur : Tarek Ouagguini
Création : 2015
Siège social : Paris
Activité : solutions d’aide à la décision
Financement : 1,2 million d’euros en octobre 2018

Bouton retour en haut de la page
Happydemics lève 1,2 million d’euros pour aider les marques à mieux connaître leurs consommateurs
Trottinettes électriques: la startup allemande Tier voit sa valorisation s’envoler à 2 milliards de dollars
Industrie: la France mise 800 millions d’euros dans la robotique pour numériser les usines
Data center: le Québec, nouvel eldorado pour les géants de la Tech?
Submergé par une vague de révélations, Facebook est désormais pointé du doigt pour son rôle en Inde
eCommerce : comment Alltricks est devenu le champion français du vélo
FinTech : Klarna s’offre Inspirock pour séduire les voyageurs