Business

HouseTrip, le concurrent européen d’Airbnb, lève 40 millions de dollars

HouseTrip annonce avoir bouclé un troisième tour de table de 40M $, réunissant les trois premières sociétés de capital-risque européennes: Index Ventures, Balderton Capital et Accel Partners. Créé en janvier 2010 et dirigé par le Français Arnaud Bertrand, HouseTrip se démarque de Airbnb dans sa proposition de location d’appartements ou de maisons dans leur totalité uniquement.

HouseTrip a déjà réuni 2,5M$ dans un premier tour et 17M$ dans un deuxième tour, portant le financement total à 60M$. Cette augmentation de capital permettra à la startup de se concentrer sur les ventes et le marketing dans le but de renforcer son positionnement sur le marché, et particulièrement en Europe. La société revendique aujourd’hui 130 000 propriétés dans 15 000 destinations mondiales, malgré un marché principalement implanté en l’Europe. Elle emploie 130 personnes essentiellement à Lisbonne et Londres.

Interrogé par le Wall Street Journal, Arnaud Bertrand indique « qu’il n’y a pas de plans immédiats pour une introduction en bourse, mais que ceci reste une possibilité à un moment donné. »

FrenchWeb a rencontré Arnaud Bertrand très récemment à Londres. Extrait choisi d’une rencontre qui sera publiée prochainement.

Un commentaire

  1. They actually only have about 80,000 properties that you can search for and about 1/3 of them are from partners, and not exclusive to their site.

Bouton retour en haut de la page
HouseTrip, le concurrent européen d’Airbnb, lève 40 millions de dollars
[Série A] Sastrify lève 15 millions de dollars auprès de FirstMark Capital
Gojob, la startup qui veut revaloriser le statut de l’interim grâce à l’IA
[Serie C] Wandercraft lève 45 millions de dollars pour accélérer son développement aux États-Unis
Alban Sayag, COO de YouSign
[Build Up] YouSign accélère son développement produit avec l’acquisition de Canyon
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
Comment Bandsintown a su renouveler son modèle face à la crise?