ActualitéBusiness

Iliad aurait perdu 2,8M d’euros en 2011 via sa filiale de jeux en ligne

Selon les informations d’Emmanuel Paquette, Iliad gaming, la filiale spécialisée dans les jeux en ligne de la maison mère de Free, accuserait des pertes importantes.

Iliad-Gaming » src= »http://frenchweb.fr/wp-content/uploads/2012/04/Iliad-Gaming-550×209.png » alt= » » width= »550″ height= »209″ />

En partenariat avec la société Chili Gaming, Iliad Gaming propose depuis 2010 des services de paris sportifs en ligne via le site ChiliPari et des services de poker en ligne via la plateforme Chili Poker.

Selon les informations du journaliste de l’Express, si le CA d’Illiad Gaming est passé de 607 000 € à 1,21M € en 2011, la filiale aurait vu ses pertes quasiment doubler sur la même période, pour atteindre, en 2011, 2,8M €.

Offrant peu de marges de manoeuvre, le secteur serait donc moins juteux que prévu, en témoigne l’abandon de plusieurs acteurs du secteur. Ce revers pourrait ainsi venir expliquer le fait que les deux services de jeux en ligne ne soient pas encore disponibles directement depuis les Freebox, contrairement à ce qu’il était initialement convenu.

Sur son blog Tic et Net, Emmanuel Paquette rappelle toutefois que cette activité de jeux en ligne ne représente qu’une « goutte d’eau » pour le groupe Iliad, dont le bénéfice s’élève à 252M € en 2011 et qui compte définitivement mettre le cap sur la téléphonie mobile.

Bouton retour en haut de la page
Iliad aurait perdu 2,8M d’euros en 2011 via sa filiale de jeux en ligne
Comment Bandsintown a su renouveler son modèle face à la crise?
[Série A] Retail: Hardloop lève 3 millions d’euros pour s’imposer auprès des sportifs en Europe
[SEED] Figures lève 1,7 million d’euros pour développer son offre de benchmark salarial
Hublo rachète Mstaff pour compléter son offre de gestion des remplacements du personnel de santé
Rodolphe Ardant
[Serie D] Spendesk, 2nd licorne pour eFounders le startup studio de Thibaud Elziere et Quentin Nickmans
La stratégie de MerciApp, outil de correction orthographique, pour conquérir les entreprises francophones