/ InsidersActualitéBusinessTech

[INSIDERS] Les 5 infos Tech pour briller en société

#RevShare: Facebook et Apple s’écharpent sur le nouvel Instant Article

Nous avions évoqué dans un précédent Insiders le devenir des Instant Articles, ce format de Facebook destiné aux éditeurs, leur garantissant un chargement rapide tout en les maintenant cependant dans l’environnement du réseau social – certains se demandant même s’il n’était pas à l’abandon, tandis qu’au contraire Facebook assurait avoir des projets pour enrichir le produit, comme la possibilité de souscrire des abonnements.

Mais en introduisant la possibilité d’un paywall sur les Instant Articles, Facebook se cogne désormais Apple en frontal sur l’épineuse question du partage des revenus. Selon le site spécialisé Recode, Apple souhaiterait en effet prélever son habituelle commission in-app, environ 30%, sur les abonnements issus de ces pages, tandis que Facebook souhaite reverser l’intégralité des revenus aux éditeurs, comme l’indiquait Mark Zuckerberg sur ce post en août.


Même si Facebook renvoie le lecteur chez l’éditeur pour conclure la transaction, Apple considère malgré tout que l’impulsion d’achat provient de l’app, et à ce titre le considère donc comme in-app, conformément à ses conditions générales.

Le sujet étant dans l’impasse depuis quelques temps, Facebook a décidé de déployer sans attendre une version-test Android dans les prochaines semaines, comme annoncé dans ce communiqué. Selon des sources chez Facebook, Google de son côté ne prélèverait aucune commission.

Crédit : Facebook

Le sujet des commissions prélevées par Apple auprès des éditeurs n’est pas neuf : dès 2009, époque où le lancement de l’iPad suscitait encore de grandes espérances côté médias, la dîme prélevée par Apple suscitait de nombreux débats.

Côté Facebook, l’effort est porté sur l’accompagnement des éditeurs, surtout depuis la déferlante fake news et la débâcle autour de l’élection américaine ; le Facebook Journalism Project a ainsi vocation à aider à l’émergence d’un « écosystème news sain ».

Aux Etats-Unis, 55% du marché des smartphones est sous Android, les 45% restants pour iOS. Cependant, les utilisateurs d’iPhone sont depuis toujours (okay, depuis 2007) plus dépensiers que ceux d’Android.

Pourtant, l’offre Facebook n’est pas adoubée par l’ensemble des éditeurs, souvent parce qu’ils souhaitent garder le contrôle de leur paywall : parmi les absents notables de la période test, se trouvent ainsi The New-York Times et The Wall Street Journal.

#UX2018: l’ère «post-autoplay» va commencer

L’autoplay est partout : selon JW Player, 61% des publicités vidéos sur Chrome démarrent automatiquement, et sur Safari, ce nombre atteint les 66%. Au point où désormais, les navigateurs prennent les devants pour éviter les dérives : une mise à jour Safari bloque l’autoplay avec le son, et Chrome devrait permettre dès l’année prochaine de contrôler les formats les plus instrusifs : par exemple, Google autorisera l’autoplay, s’il est muet ou si l’utilisateur a approuvé le site.

Facebook a joué un grand rôle dans l’adoption massive des vidéos autoplay par les éditeurs. Elles sont apparues dans nos Newsfeeds en septembre 2013. En avril 2015, elles représentaient 4 milliards de vues. Quelques mois plus tard, en novembre de la même année, elles atteignaient les 8 milliards. Ce sont les derniers chiffres communiqués par la plateforme à ce sujet. YouTube, Snapchat ou encore Twitter proposent aussi l’autoplay, un format très utilisé par les médias.

Aujourd’hui, 1/3 des sites l’utilisent pour plus de 75% de leurs vidéos, selon MediaRadar. Des sites comme The Wall Street Journal ou encore Refinery29 en sont friands. «Cela confirme que la vidéo génère des revenus pour tous les éditeurs, quelque soit leur taille», détaille le PDG de MediaRadar, Todd Krizelman, à Digiday. Le cabinet de veille et d’intelligence, spécialisé en publicité et monétisation, ajoute que ce sont les sites consumers qui se servent le plus de l’autoplay : 69% contre 37% pour ceux destinés aux entreprises.

Les entreprises se sont donc emparés très vite de l’autoplay, mais les internautes montrent des signes de lassitude. Ce serait d’ailleurs la seconde raison (29%) pour laquelle, les utilisateurs auraient téléchargé un adblocker, derrière les virus et les logiciels malveillants (30%), selon le rapport Adblock 2017 de PageFair. Une ère «post auto-play» que les éditeurs doivent prendre en compte : comme le dit JW Player, «l’intention [de regarder la vidéo] sera le buzzword 2018. L’autoplay muet perdurera mais la valeur se trouvera dans l’intention. Le click-to-play sera de plus en plus performant. Les éditeurs commencent à le comprendre.»  Un mouvement qui leur demandera d’autant plus de pertinence et d’exigence sur leur choix de contenus.

The rise (and fall) of autoplay video, in 5 charts

#Gargantua: SoftBank vise les 880 milliards de dollars d’investissements tech dans les dix ans

880 milliards (oui, milliards) de dollars : c’est la somme que souhaiterait investir l’insatiable Masayoshi Son dans la tech, d’ici les dix prochaines années.

Dans un entretien avec The Nikkei Asian Review, le patron de SoftBank déclare que Vision Fund, doté de presque 100 milliards de dollars, n’est « qu’une première étape ». D’autres fonds Vision 2, 3 et 4 seront mis sur pied tous les deux ou trois ans, qui auront vocation à investir dans plus de 1 000 entreprises dans la prochaine décennie, ciblant avant tout les licornes.

Masayoshi Son, l’homme le plus riche du Japon, est connu pour ses déclarations audacieuses et ses convictions sur la façon dont l’intelligence artificielle va bouleverser le monde. Un porte-parole de SoftBank a confirmé les propos, indiquant qu’il parlait de sa vision globale et non d’un plan précis.

A titre de comparaison, 127 milliards de dollars ont été investis en capital-risque dans le monde l’année dernière, selon une source KPMG.

En attendant, la finalisation du deal entérinant la prise de 20% de SoftBank dans le capital de Uber serait finalisée la semaine prochaine. C’est en tout cas ce qu’a affirmé Arianna Huffington, membre du board de la plateforme VTC, à l’occasion de la conférence D.Live du Wall Street Journal.

#CopyCat: Facebook teste une fonctionnalité de tableau Pinterest-like

Selon une information repérée par TechCrunch, et confirmée à ces derniers par Facebook, le réseau social teste actuellement dans plusieurs pays une fonctionnalité nommée Sets. Sets permet de réunir plusieurs statuts, photos, vidéos dans une collection à thème. Un genre de board pas complètement nouveau… puisqu’il rappelle beaucoup les tableaux d’épingles de Pinterest. 

Facebook continue ainsi de s’inspirer des features qui marchent, pour s’en approprier les usages, comme il l’avait déjà fait – avec succès – pour les Stories Instagram ouvertement inspirées de Snapchat, ou Facebook Watch qui ambitionne de marcher sur les platebandes de YouTube.

Facebook attacks Pinterest with ‘Sets’ of posts

#AlexaInside: Intel et Amazon s’associent pour lancer un SDK Alexa

Alexa poursuit son opération séduction auprès des géants du numérique. Après Microsoft, Amazon s’associe cette fois avec Intel pour proposer un nouveau kit de développement. Baptisé «Intel Speech Enabling Developer Kit», il permet aux développeurs d’intégrer les capacités de contrôle vocal d’Alexa dans des objets connectés pour la maison. Pour offrir une expérience optimale à l’utilisateur, le kit est conçu de manière à annuler l’écho acoustique et réduire le bruit afin d’optimiser le processus de reconnaissance vocale. «Le kit est basé sur une nouvelle architecture qui offre une voix lointaine de haute qualité, même dans les environnements les plus exigeants sur le plan acoustique», précise Miles Kingston, à la tête de la division smart home d’Intel.

Croyant dur comme fer dans le succès d’Alexa, Amazon travaille même sur une paire de «lunettes intelligentes». L’appareil, conçu pour ressembler à une paire de lunettes au design classique, sera équipé d’Alexa. En septembre, la marketplace américaine a annoncé que la nouvelle version de sa tablette Fire HD 10 intégrera également son assistant vocal intelligent.

Pour l’heure, l’assistant intelligent d’Amazon s’est surtout fait remarquer en étant intégré à l’enceinte intelligente Echo, pour laquelle la marketplace de Jeff Bezos nourrit de fortes ambitions dans la maison connectée. Selon le cabinet Consumer Intelligence Research Partners, Amazon détient 76% des parts du marché américain des enceintes connectées. D’après l’organisme, Amazon a vendu 15 millions d’exemplaires de son enceinte intelligente depuis sa commercialisation en 2015. Au quatrième trimestre, Strategy Analytics estime que 68% des enceintes connectées vendues à l’échelle mondiale utiliseront Alexa.

Tags

Carolina Tomaz

Computer Girl depuis 2000. Stratégie numérique, innovation, direction éditoriale. Spécialisée en médias, TV et internets. Chief Content Officer @AdsVark Media

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This